X hits on this document

254 views

0 shares

0 downloads

0 comments

17 / 67

B Capital humain, risques, conformité : trois fonctions clés pour préparer l’avenir

Cependant, il est essentiel de préciser que ces préconisations ont un caractère macro économique, des entreprises performantes existant dans des secteurs en difficulté. À cet égard, l’approche reste très pragmatique et prend en compte les spécificités de chaque entité.

  • Procédures de décision

Les procédures de décision obéissent aux principes de collégialité (double signature impérative : commercial et risques) et d’indépendance des risques.

Un système de délégation par étage permet une prise de décision rapide et sécurisée. Dans ce cadre, différents comités de crédit, associant la GGR et les business units, interviennent en fonction de la nature des contreparties et du volume du risque.

  • Contrôle des grands risques

Les risques encourus sur un même bénéficiaire font l’objet d’un suivi particulier. La réglementation exige que les risques portés sur un client ou un groupe de clients considéré comme un seul bénéficiaire ne dépasse pas 20% des fonds propres de la banque. Par ailleurs, sont soumis à déclaration les engagements excédant 5% des fonds propres. De manière générale, les risques importants font l’objet d’un suivi rigoureux et particulier. Un comité ad-hoc y est consacré et se réunit régulièrement.

  • Un système de suivi permanent

et proactif

Avec une fréquence au moins annuelle, voire plus si nécessaire, l’entité de « Suivi des Risques » s’assure que les ratings sont effectivement revus.

Une entité en charge du recouvrement, sur la base de la détection effectuée par l’entité de suivi, classe en suivi spécial, avec différents niveaux de gravité, les créances détectées et met en place les plans de réduction de l’exposition. L’ensemble des engagements du groupe sont enfin trimestriellement analysés à l’aune d’une batterie de critères de risques proactifs, afin de s’assurer de la qualité globale du portefeuille.

  • Un suivi permanent des risques

marchés

En matière de risques de marché, l’objectif est de mettre en place les méthodes les plus avancées. Cependant, et afin d’être prêt pour une éventuelle réglementation, un premier modèle a déjà été développé et permet de calculer les exigences en fonds propres selon la méthode standard (amendement 1996).

De la même façon, un modèle interne, appuyé sur le calcul de la VAR et permettant d’évaluer les économies en fonds propres possibles, a été mis en place.

Pour le risque de change, les limites fixées et suivies sont d’ordre aussi bien réglementaire qu’interne. Un reporting mensuel suit les dépassements éventuels de limite.

Bâle II

La mise en force progressive des recommandations de Bâle aura un effet fortement structurant sur l’activité de la Gestion Globale des Risques. D’ores et déjà, cette dernière a adopté une organisation et des principes de fonctionnement entrant pleinement dans le cadre de Bâle II et permettant de mettre « l’esprit Bâle II » au cœur de l’organisation du métier.

Après son lancement en février 2005, le projet Bâle II sera mis en application dès le mois de septembre 2007 avec la mise en place de l’approche standard, les approches avancées à base de notation interne devant être appliquées dès 2010.

Par ailleurs, un dispositif spécifique de contrôle des risques de marché, s’inscrivant dans le cadre du dispositif global du Contrôle Interne conformément aux dispositions de la circulaire n° 6/G/2001 de Bank Al Maghrib, a été élaboré. Il s’articule autour de trois niveaux d’intervention :

  • l’autocontrôle, assuré par les opérateurs du front office qui sont tenus de se conformer aux dispositions réglementaires et à la politique définie par la banque en matière de suivi et de gestion des risques ;

  • le suivi des risques par le middle office, qui s’assure quotidiennement du respect des limites relatives aux risques de change, de taux et de contrepartie. Il informe périodiquement la direction et les autres entités de contrôle à travers un système de reporting ;

  • l’entité « Surveillance et suivi des risques de marché », qui a pour fonction de détecter, analyser et suivre les différentes positions de la banque en matière de taux et de devises puis de rationaliser ses positions par des autorisations formalisées et enfin être alerte à toute déviation de ces positions.

Rapport annuel 2006

33

Document info
Document views254
Page views254
Page last viewedWed Jan 18 12:08:15 UTC 2017
Pages67
Paragraphs7082
Words50576

Comments