X hits on this document

236 views

0 shares

0 downloads

0 comments

35 / 67

Sommaire

Rapport financier

Conjoncture nationale Environnement bancaire et financier Activité et résultats d’Attijariwafa bank

69

73

76

Activité et résultat des filiales parabancaires et des filiales de la banque d’affaires

83

Résolutions de l’Assemblée Générale Ordinaire

89

Rapport général des commissaires aux comptes - comptes sociaux

91

Comptes sociaux

92

Rapport général des commissaires aux comptes - comptes consolidés

110

Comptes consolidés Contacts

111

129

CONJONCTURE NATIONALE

En 2006, l’environnement international a été marqué par un fort dynamisme de l’activité économique, avec le rebondissement du commerce mondial et le repli des prix de pétrole en fin d’année. La croissance de l’économie mondiale s’établirait à 5,1%. En effet, l’année 2006 a été marquée par une forte hausse des prix des produits pétroliers et par un léger ralentissement de l’économie américaine et qui n’ont pas eu de fortes incidences sur le dynamisme du commerce mondial.

Sur le plan national, les principaux indicateurs économiques et financiers confirment le renforcement de la croissance prévue en 2006, avec un taux avoisinant 7,4% selon les dernières estimations du Haut Commissariat au Plan. La conjoncture économique a été marquée par une amélioration des échanges extérieurs avec une hausse des exportations de 14% sur les neufs premiers mois de 2006 liée à une demande étrangère soutenue pour les produits du textile et des phosphates et dérivés, un raffermissement de l’offre d’emplois avec la création nette de 556 000 postes d’emplois et un taux de chômage contenu autour de 10% en fin d’année 2006, une sensible hausse des prix de détail à la consommation et une relance de la croissance.

Par conséquent, le PIB global aurait progressé de 7,4%, au second semestre 2006, contre 1,8% au cours de la même période une année plus tôt.

LE SECTEUR DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

Le secteur du bâtiment et des travaux publics poursuit sa croissance, profitant de l’importance des investissements publics et privés en matière d’immobilier touristique, de logements économiques et de projets structurants.

D’ailleurs la croissance des ventes de ciments est une preuve de la tendance à la hausse de ce secteur puisque durant les trois premiers trimestres de 2006, les ventes de ciment se sont élevées à 8,5 millions de tonnes, en augmentation de 10,3% par rapport à la même période en 2005.

La valeur ajoutée du secteur du bâtiment et des travaux publics marquerait un net raffermissement de 5% en 2006.

LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE ET DES MINES

En 2006, le secteur énergétique est entré dans une phase de ralentissement après avoir connu une forte croissance en 2005. En glissement annuel, sa valeur ajoutée s’est accrue de seulement 0,1%, au terme des trois premiers trimestres de 2006, contre 17% en 2005. Ce ralentissement s’explique par une décélération des activités des centrales électriques, conjuguée au fléchissement de la production des raffineries de pétrole.

En effet, la production pétrolière a diminué de 10,7% entre 2005 et 2006 (entre janvier et novembre) et la consommation des produits pétroliers est en stagnation.

Quant à l’activité minière, touchée par les faibles performances de l’activité des minerais non- métalliques, la valeur ajoutée minière s’est repliée de 0,8%, en variation annuelle, après une progression de 7,5%, à la même période de 2005. À fin novembre 2006, la production du phosphate brut a également connu une croissance fortement limitée de 0,4% en variation annuelle alors que le chiffre d’affaires à l’exportation est passé de 14,5 milliards de dirhams en 2005 à 16 milliards de dirhams en 2006, soit une progression de 9,4%.

Rapport financier

rapport de gestion

P69

Document info
Document views236
Page views236
Page last viewedSun Dec 11 07:03:26 UTC 2016
Pages67
Paragraphs7082
Words50576

Comments