X hits on this document

31 views

0 shares

0 downloads

0 comments

4 / 10

des médias. L’attention de la presse provoquait le déploiement des partis politiques sur la question. La stratégie engagée par le MIT-Movimento Italiano Transessuali (après Movimento d’Identità Transessuale), c’est-à-dire la mobilisation de l’opinion publique, eut un grand succès, grâce aussi aux adhésions reçues par les intellectuels et le monde du spectacle. Le MIT commençait à regrouper un mouvement spontané très varié et, avec l’aide du Parti Radical, qui réussira à proposer la loi déjà approuvée en Allemagne par le Parlement5.

Au sein du Parlement étaient opposés les supporters du MIT et les représentants d’un groupe hétérogène qui restait attaché à des positions idéologiques « irréductibles et voilées par une apparente rigueur éthique et scientifique » (Nardacchione, 2000). Le projet de loi fut analysé par la « Commission Parlementaire Justice », mais, à cause de l’opposition, il fut approuvé avec une simple majorité, donc soumis aux assemblés parlementaires  et discuté en public. Finalement, on rejoignit une solution de compromis.

Le texte de la loi 14 avril 1982 n. 164 fut une solution de compromis. On a toujours l’illusion qu’étaient satisfaites les demandes des deux groupes. Quand le MIT demanda à ses supporters pourquoi ils n’étaient pas arrivés à approuver une loi pareille à celle allemande, reconnue comme la meilleure solution au problème, ils répondirent que c'était le meilleur compromis que les opposants étaient disposés à concéder. Donc, la loi qui a été approuvée peut être considérée seule apparemment comme libertaire (Nardacchione, 2000).

Du 14 avril 1982 la loi 164 s’occupe de rendre « normales » des « anomalies ». Elle a été saluée comme un vrai salut pour tous ceux qui vivaient leur propre condition en clandestinité, exposés à l’improvisation de médecins bien payés, mais, d’autre part, elle est une loi qui ne tient pas compte de la réelle condition de beaucoup de personnes qui ne désirent pas ou ne peuvent pas s’intégrer dans une norme étroitement bipolaire.

La loi : une analyse critique à partir du texte.

5 La loi allemande n. 1654/1980 prévoie un parcours en deux étapes, appelées « solutions » (Losung). La « petite solution » (Kleine Losung) va attribuer un prénom adéquat aux attentes de la personne, pas de son statut de sexe, sans être liée aux traitements chirurgicaux et avec des processus simplement administratifs. La « grande solution » (Grosse Losung) peut être une extension de la première: elle est liée à la modification des apparats génitaux  et elle entraine la réattribution du prénom et du statut de sexe.

Document info
Document views31
Page views31
Page last viewedFri Dec 09 22:27:38 UTC 2016
Pages10
Paragraphs59
Words3786

Comments