X hits on this document

33 views

0 shares

0 downloads

0 comments

8 / 10

rectification de l’état civil a été effectué même en absence d’une reconstruction génitale, mais à condition que on aie la suppression des organes générateurs : utérus et ovaires pour les FtM, testicules pour les MtF. Subséquemment, on peut parler d’une « déqualification » et d’une « disqualification » des corps trans*, avant de passer à une « re-qualification », moins important, conduite par les manipulation qui donnent aux corps des attributs évalués comme significatifs du corps de l’autre genre, dans les paramètres biomédicales dominants dans la culture de l’Occident (Hérault, 2004).

Ceci est un des dispositifs adoptés par le pouvoir institutionnel de façon à réaffirmer l’ordre social hétéronormatif et le binarisme sexuel. C’est Michel Foucault qui va en premier utiliser le mot « dispositif » pour repérer les multiples mécanismes de pouvoir, de savoir, de plaisir, de vérité qui vont produire des discours collectivement partagés et réaffirmés par les institutions pour construire un régime de vérité. Le « dispositif de sexualité » est, donc, l’ensemble des techniques, des mécanismes, des tactiques misent au point par les instances de pouvoir pour administrer le plaisir, le sexe et les comportements des individus. Dans le premier volume de l’Histoire de la sexualité, qui s’appelle La volonté de savoir (1976), il affirme que la relation entre pouvoir et politique ne passe pas par la répression, au contraire, le pouvoir va produire la sexualité. Il va agir sur la culture, l’éducation, la socialisation pour produire le discours normatif, en particulier la norme sexuelle, mais au même temps il va produire les identités « perverses » qui  lui sont liées. La sexualité, pour Foucault, est un dispositif biopolitique, c’est-à-dire un mécanisme par lequel le pouvoir exerce son contrôle sur la vie biologique de l’humanité, en la modelant en une spécifique forme de vie. Cette analyse, utilisée par Judith Butler et par les réélaboration de la pensée féministe aussi, décrit le dispositif de sexualité comme un mécanisme culturel complexe par lequel des conventions linguistiques, religieuses, morales, scientifiques, juridiques s’appliquent à l’individu en conditionnant les rapports avec les autres et avec soi même.

L’ambiguïté a toujours provoqué désarroi et confusion, pour le sujet même.. L’incompréhension, l’extranéité de l’autre par rapports aux catégories considérées « normales », va générer émargination et stigmatisation. On peut induire le potentiel déstabilisant des habitants de la  marge, et par conséquent l’action du pouvoir qui « oblige » à s’intégrer dans les catégories normatives. Le droit à la liberté personnelle des sujets diminue quand elle n’est pas compatible avec la conception

Document info
Document views33
Page views33
Page last viewedSat Dec 10 17:05:18 UTC 2016
Pages10
Paragraphs59
Words3786

Comments