X hits on this document

Word document

Le présent ouvrage a été conçu à l'origine pour servir d'outil de ... - page 109 / 320

1741 views

0 shares

0 downloads

0 comments

109 / 320

81.

CHAPITRE n

LES  TECHNIQUES  DU CREDIT

Les techniques de crédit mises en oeuvre par les banques obéissent à un certain nombre de considérations qui reflètent les préoccupations du banquier.

Les critères de classement des opérations de crédit : l'objet

Les opérations de crédit peuvent être classées selon divers critères qui, loin de s'opposer, sont plutôt complémentaires :

- en fonction des besoins des demandeurs,  c'est-à-dire  de l'objet  du crédit :

. crédits aux entreprises, destinés à financer les besoins d'exploitation, ou besoins en fonds de roulement (c'est-à-dire, principalement, ceux nés de la nécessité d'entretenir des stocks et de consentir des délais de paiement à la clientèle) ;

. crédits aux particuliers, soit pour financer des dépenses exceptionnelles, soit surtout pour financer le logement.

Il est clair que le risque encouru par la banque n'est pas le même suivant l'objet du crédit. Les crédits aux entreprises sont en général plus "risqués" que les crédits aux particuliers.

La durée

- en fonction de la durée des crédits

. crédits à court terme, qui conviennent bien aux besoins d'exploitation des entreprises (jusqu'à 2 ans en principe, étant entendu que la notion de court terme en France sera réduite à 1 an à partir du 1.1.1993 pour des raisons d'harmonisation européenne) ;

. crédits à moyen terme (de 2 à 7 ans) ;

. crédits à long terme (au-delà de 7 ans).

Ces deux dernières catégories sont destinées au financement des équipements (ou "valeurs immobilisées" en termes comptables) des entreprises, et des investissements dans le logement. La durée d'un concours est plus ou moins liée à son objet.

La forme

- selon la forme que revêt l'opération, c'est-à-dire la technique bancaire utilisée :

Il y a crédit, a-t-on déjà vu, toutes les fois qu'il y a dessaisissement d'un bien ou d'une prestation de la part de l'une des deux parties en présence dans une transaction, sans qu'elle en reçoive immédiatement l'équivalent (une somme d'argent contre livraison de marchandises par exemple), l'autre partie se contentant de donner une promesse de payer.

Document info
Document views1741
Page views1741
Page last viewedSat Dec 10 13:36:13 UTC 2016
Pages320
Paragraphs5180
Words94684

Comments