X hits on this document

Word document

Le présent ouvrage a été conçu à l'origine pour servir d'outil de ... - page 19 / 320

1774 views

0 shares

0 downloads

0 comments

19 / 320

15.

- soit encore pour contenir l'écart des cours de la monnaie nationale par rapport à un groupe de monnaies qui ne sont plus liées à la devise américaine par des parités fixes ; c'est le cas actuellement pour les monnaies de certains pays européens qui se sont engagés, depuis le 13 mars 1979, dans le cadre du système monétaire européen, à limiter à 2,25 % l'écart maximum des cours de leurs monnaies.

Parités flottantesDans le  cas où aucune limite n'est  assignée aux fluctuations de

cours ou lorsque ces limites sont très larges, la monnaie est dite "flottante". Ceci n'empêche nullement les autorités monétaires d'intervenir si elles l'estiment nécessaire.

Dévaluation Réévaluation

Dans un régime de parités de change fixes (c'est-à-dire se référant, dans le passé, à l'or, ou actuellement, à une monnaie faisant fonction d'ancrage), la dévaluation est l'opération par laquelle la contre-valeur de la monnaie nationale est réduite ; il en résulte que le prix des monnaies étrangères en monnaie nationale se trouve accru. La réévaluation est l'opération inverse de la dévaluation ; le prix des monnaies étrangères en monnaie nationale diminue.

Lorsque les cours des changes sont "flottants", les définitions sont moins précises. Ainsi la monnaie nationale peut se déprécier ou s'apprécier par rapport à une monnaie étrangère ou à un groupe de monnaies prises pour référence. Le prix de la ou des monnaies en question, exprimé en monnaie nationale, peut augmenter ou diminuer suivant la situation qui s'établit journellement sur le marché des changes. Il n'y a pas pour autant déclaration officielle, comme dans le régime des parités fixes ; simplement, en intervenant ou non, les autorités monétaires peuvent freiner ou au contraire laisser se développer la tendance constatée (on appelle cela le "flottement impur").

Le but d'une opération de dévaluation ou de réévaluation, notamment lorsqu'il y a décision gouvernementale, est de réaliser une meilleure harmonie entre les prix intérieurs et les prix internationaux pour aboutir, à terme, à l'équilibre des transactions courantes.

Ainsi, lorsqu'il y a dévaluation, le coût des importations renchérit, ce qui peut tendre à les réduire, en volume mais pas nécessairement en valeur ("effets pervers" d'une dévaluation) ; inversement s'instaure un rapport de prix favorable au développement des exportations, ce qui doit conduire à une amélioration de la balance commerciale. Encore faut-il tenir compte d'un certain nombre de correctifs : structure des échanges commerciaux, taux de croissance, position sur les marchés internationaux, degré d'inflation interne, niveau des taux intérieurs, qualité et image de marque des produits, connaissance et pénétration des marchés

Document info
Document views1774
Page views1774
Page last viewedSun Dec 11 12:46:17 UTC 2016
Pages320
Paragraphs5180
Words94684

Comments