X hits on this document

Word document

Le présent ouvrage a été conçu à l'origine pour servir d'outil de ... - page 24 / 320

1798 views

0 shares

0 downloads

0 comments

24 / 320

18.

B) La période août 1914 - septembre 1939

1) Les conséquences de la guerre 1914-1918

Le cours forcé

En 1914, dès l'ouverture des hostilités, la Banque de France fut dispensée de rembourser ses billets en or, mais le contrôle des changes ne fut progressivement établi qu'à partir de 1916 et ne devint total qu'en avril 1918. Maintenu après la guerre, il ne fut jamais très effectif.

Le déséquilibre des comptes budgétaires pendant la guerre et l'après-guerre entraîna le gonflement des moyens de paiement en circulation et par suite la hausse des prix. Cette hausse de prix se répercuta sur les changes. Il convient en effet de ne pas oublier que les transactions s'effectuaient alors dans un régime de quasi-liberté et qu'aucun rapport fixe ne liait le franc, à cette époque détaché de l'or, et les autres devises. Seule la loi de l'offre et de la demande déterminait les cours pratiqués sur le marché des changes. Les interventions spéculatives sur ce marché accélérèrent la chute de la monnaie nationale. Le point le plus bas fut atteint en juillet 1926 lorsque la livre cota 240 francs contre 25 francs avant 1914.

La "stabilisation Poincaré"

A ce moment intervint ce qu'on a appelé la "stabilisation Poincaré". Les principes en sont simples.

Les finances publiques furent rigoureusement équilibrées afin de rassurer l'opinion contre la crainte de l'inflation18. Cette opération réalisée, on entreprit de constater légalement la dépréciation monétaire résultant de l'inflation préexistante. Une politique déflationniste, c'est-à-dire destinée à retirer de la circulation les moyens de paiement excédentaires, aurait seule permis de rétablir le franc dans son ancienne valeur ; elle apparut irréalisable par suite des résistances qu'elle suscita dans les divers groupes sociaux.

La Banque de France fut donc autorisée à acheter de l'or et des devises aux thésauriseurs et à émettre des billets sans limitation en contrepartie de ces achats. Cette politique rencontra un vif succès et la Banque put reconstituer ses réserves à des cours sans cesse en baisse. Fin 1927 le franc était pratiquement stabilisé ; le cours de la livre sterling avait baissé de 240 à 124 francs.

2) La loi du 25 juin 1928

La définition monométalliste du franc

La loi du 25 juin 1928 consacrait cet état de fait. Le franc, unité monétaire française, était défini par 65,5 mg d'or au titre de 900/1000 de fin, soit 58,95 mg de métal pur. La définition en argent n'était plus retenue.

Document info
Document views1798
Page views1798
Page last viewedTue Jan 17 11:56:48 UTC 2017
Pages320
Paragraphs5180
Words94684

Comments