X hits on this document

Word document

Le présent ouvrage a été conçu à l'origine pour servir d'outil de ... - page 263 / 320

1523 views

0 shares

0 downloads

0 comments

263 / 320

205.

-l'acheteur sur le marché à règlement mensuel acquiert, au cours du jour de l'exécution de l'ordre, des titres. S'il s'en tient là, ces titres lui seront livrés vers la fin du mois ; lors de la liquidation, le décompte de l'opération sera établi et l'acheteur devra en effectuer le règlement un peu plus tard (en principe, le dernier jour ouvrable du mois).

De son côté, le vendeur sur le marché à règlement mensuel vend des titres, également au cours du jour d'exécution de l'ordre. Il peut se contenter, dans le cadre de la liquidation, de livrer les titres vers la fin du mois et d'encaisser le montant de la négociation.

Dans l'un et l'autre cas, l'opération ne diffère d'une transaction sur le marché au comptant que par un règlement différé.

-il est possible que l'acheteur revende les mêmes titres sur le marché à règlement mensuel. Si les cours ont monté sur son compte de liquidation, l'écriture passée "au crédit" (montant de la vente) sera supérieure à celle passée "au débit" (montant de l'achat) et il encaissera un bénéfice. Si les cours ont baissé, son compte sera "débiteur" et en fin de mois, il devra l'apurer.

Parallèlement, le vendeur sur le marché à règlement mensuel peut opérer parce qu'il suppose une baisse des cours. Lorsqu'il ne possède pas les titres qu'il a vendus, il devra les racheter. Les deux écritures -correspondant à la vente et à l'achat- figureront également sur son compte de liquidation qui, comme dans le cas précédent, se révélera créditeur ou débiteur. Dans cette dernière hypothèse, il devra régulariser son compte en fin de mois ; dans l'autre, il encaissera son bénéfice.

Comme on le constate, il n'est pas indispensable pour opérer sur ce marché de disposer des fonds nécessaires pour acheter, ni de posséder de titres à vendre ; il suffit d'une "couverture". La couverture consiste en une somme d'argent ou un certain nombre de titres qu'il faut déposer dans le cadre de l'opération effectuée.

Le reportLe  donneur d'ordre   n'est   d'ailleurs   pas  obligé  de  bénéficier de

façon définitive de la hausse ou de subir la baisse qui apparaîtrait au jour de la liquidation s'il dénouait l'opération. S'il trouve son bénéfice trop modeste, ou sa perte trop lourde, et qu'il escompte une tendance des cours plus favorable à sa situation d'acheteur ou de vendeur, il peut "se faire reporter". Le report est l'opération par laquelle une position à l'achat ou à la vente est prorogée d'une liquidation à l'autre : un prêteur se substituera au client pour lui fournir les capitaux ou les titres nécessaires pour le temps à courir jusqu'à l'expiration du report.

Le second marché3) Le second marché

Ainsi que cela a déjà été indiqué, le second marché a été créé au début de l'année 1983 et s'est substitué au compartiment spécial du hors cote. Il a été conçu pour y traiter les valeurs de ce compartiment spécial et y admettre de nouvelles valeurs à la condition que les sociétés émettrices acceptent de mettre à la disposition du marché au moins dix pour cent de leur capital. A la différence du compartiment spécial, il n'est pas considéré comme une phase transitoire avant l'inscription à la cote officielle mais comme le marché de cotation (au comptant) des entreprises de taille moyenne.

Document info
Document views1523
Page views1523
Page last viewedSun Dec 04 02:13:17 UTC 2016
Pages320
Paragraphs5180
Words94684

Comments