X hits on this document

Word document

Le présent ouvrage a été conçu à l'origine pour servir d'outil de ... - page 82 / 320

1533 views

0 shares

0 downloads

0 comments

82 / 320

61.

Aussi les banques se sont-elles attachées à concilier l'octroi de financements à plus ou moins longue échéance, pour lesquels elles étaient sollicitées, avec la préférence pour la liquidité manifestée par le public, en développant la "transformation".

La "transformation": un phénomène fondamental de la pratique bancaire

L'expression désigne le fait que l'octroi des crédits à plus ou moins longue échéance est rendu possible, au regard de la liquidité, par la stabilité de la masse des dépôts, bien que ceux-ci, considérés individuellement, soient à vue ou à court terme.

Pressées d'allonger la durée de leurs concours, mais soucieuses de leur liquidité, les • banques ont développé cette pratique essentiellement sous la forme de crédits à moyen terme dans la mesure où, dans un premier temps4, elles ont eu l'assurance de pouvoir éventuellement refinancer la totalité de ces créances ; par la suite, quand les modalités de refinancement se firent plus restrictives, les obligeant à nourrir une partie des concours de cette sorte, elles ont cherché et réussi à maintenir leurs possibilités de prêts à terme précisément par la stabilisation des dépôts.

La "transformation" est aussi à la base du soutien que les banques ont développé en faveur des particuliers. L'élévation des revenus favorise l'acquisition de biens durables (logement notamment), ce qui exige la constitution d'une épargne préalable stabilisée transitoirement. Ici encore, la stabilisation des dépôts favorise l'octroi de crédits de plus ou moins longue durée.

Section II - Emplois et ressources des banques

Les notions de rémunération et de coût

A l'intérieur de la limite que la Banque Centrale s'efforce d'assigner à leur pouvoir de création monétaire, les banques agissent en fonction de la rémunération qu'elles comptent tirer de leurs activités de financement de l'économie et des risques que leur fait courir chaque opération.

On ne doit pas perdre de vue, d'ailleurs, que, dans une économie de marché où la gestion des entreprises est sanctionnée par le profit, une banque doit, comme les autres agents, "gagner de l'argent". Le fait que les principaux établissements de crédit français soient nationalisés n'a pas supprimé leur autonomie de fonctionnement et la nécessité de tirer une rémunération des services qu'ils rendent.

Toute banque a donc pour premier objectif de réaliser des opérations lui procurant un gain, essentiellement des opérations de crédit. Ce sont ses emplois.

Mais un élément commande le volume des gains, c'est le coût des ressources. Si la banque peut se procurer des ressources importantes et peu coûteuses en soi (dépôts à vue par exemple) pour nourrir -c'est-à-dire conserver par devers elle- les créances qu'elle a monétisées5, il y a toutes chances que les profits soient plus élevés. Un moyen pour une

4.

Au lendemain de la guerre, les banques ne se sont engagées dans la voie du financement de

Document info
Document views1533
Page views1533
Page last viewedSun Dec 04 10:48:54 UTC 2016
Pages320
Paragraphs5180
Words94684

Comments