X hits on this document

Word document

Internet et Entreprise - page 105 / 426

1130 views

0 shares

0 downloads

0 comments

105 / 426

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426

Internet et PMI   JM Yolin    édition  2005      H:\MIRAGE\1104MIRAGE2005A.DOC

C'est pourquoi a émergé la technique des "connecteurs", briques logicielles permettant de rendre toute entrée-sortie du programme compatible aux standards. Cette technologie a été curieusement nommée "Services Web" (Web services)

Ceux-ci ont représenté la plus grosse par des achats informatiques en 2001 (40% à 60% des budgets) et la plus forte croissance du marché (+63% en 2001) et ce mouvement s'est poursuivi depuis

Chez Quaker Oats c'est ainsi 200 systèmes incompatibles qui ont du être connectés en 2001 à un "core system"

Les services web sont des logiciels qui font communiquer deux applications hétérogènes grâce à la combinaison de standards internet: le protocole Http (transport) et SOAP (un dérivé d'XML). Ils gèrent des interfaces pour les rendre compatibles et communicantes, ce sont des outils d’interopérabilité.

Ils utilisent  XML pour formater des données transportées par le protocole SOAP (Simple Object Access Protocol): les «modules de traduction» SOAP servent d'interfaces entre l'entreprise et ses partenaires, organisant le dialogue via Internet avec d’autres services Web. Les services pertinent peuvent être identifiés et joint grâce à UDDI (Universal Description, Discovery and Integration), annuaire également au format XML, répertoriant de façon homogène l'ensemble des services accessibles sur Internet.

Les Web Services permettent le déploiement d'applications distribuées et accessibles depuis n'importe quel type de terminal, PC, téléphone Internet, PDA… ils sont  des outils d'intégration puissants entre applications distantes.

En permettant aux entreprises d’acheter uniquement la fonctionnalité dont elles ont besoin au moment où elles en ont besoin, l’architecture Web peut réduire de manière substantielle les investissements en technologie d’information. En transférant la responsabilité de la maintenance des systèmes à des fournisseurs extérieurs, elle réduit les embauches de spécialistes ainsi que le risque d’utiliser des technologies obsolètes

Pour des programmes récents, des logiciels comme GLUE (The Mind Electric) ou CapeConnect (Cape Clear) automatisent ce process pour une somme de l'ordre de 2000$.Cela permetde transformer les programmes en "jeu de lego" réduisant de 30% le coût des projets (Whit Andrews, Gartner Group)

"l'intégration de nos services entre un revendeur et notre plateforme nécessite entre 3 jours et 8 jours. Le coût des échanges de données-commandes, listes de prix, rapport de vente, etc- est nul, ce qui est une fameuse différence avec l'EDI" Philippe Geleyn de B2boost, place de marché entre éditeurs et revendeurs de jeux vidéo, les Echos 9/9/2002

Selon le Yankee Group, cette technologie permet de diviser par deux les coûts des projets d'intégration d'application inhérents à une entreprise en réseau

2.1.4 centralisation ou décentralisation des pouvoirs dans l'entreprise?

les outils de l'internet conduisent paradoxalement et simultanément tout à la fois à un mouvement de centralisation et de décentralisation

Les standards doivent être totalement centralisés: c'est la condition même de … la décentralisation des projets

Pour reprendre l'expression entendue de nombreuses fois lors de notre mission dans le cœur industriel des USA au printemps 2002 "standards top down, developments bottom up" http://www.yolin.net/Chic0426.zip

De même les Achats doivent être centralisés: c'est par leur regroupement que l'entreprise peut les rationnaliser et avoir un volume suffisant pour être en position de force pour négocier les prix tout en veillant à ne pas mettre en difficulté un partenaire dont il a besoin sur le long terme … mais c'est ce qui permet de décentraliser complètement les "appro" (ce qui explique en particulier le développement fulgurant des "cartes d'achat" qui sont en fait, non un simple bout de plastique, mais tout un système de gestion décentralisée des appro) www.association-apeca.org

«before we had purchasing people now we have people purchasing» (Quaker Oats, mission Chicago, mai 2002)

La "nouvelle frontière" de la technologie : la décentralisation Dans un marché malade, quelques technologies font mieux que tirer leur épingle du jeu : Wi-Fi, les web services, le "P to P", les weblogs. Leur point commun, selon Kevin Marbach, analyste américain : elles traduisent une tendance majeure vers la décentralisation. Les approches centralisées (grands serveurs, distribution de contenus...) échouent pour deux raisons de fond : elles passent mal à l'échelle, et elles ne reflètent pas les usages réels. http://news.com.com/2010-1071-963113.html

2.1.5 concentration géographique ou entreprise éclatée

Une entreprise pour être efficace a besoin tout à la fois

d'être proche de ses clients pour pouvoir mieux les satisfaire et donc d'être "éclatée"

et  en même temps d'avoir une forte cohérence interne et donc d'être "ramassée"

En gommant les distances Internet permet d'apporter des éléments de solution à ces exigences contradictoires

l'entreprise peut se concentrer sur une implantation géographique et néanmoins par un extranet être étroitement connectée avec ses clients

à l'inverse elle peut adopter une organisation éclatée au plus prêt de ses clients (comme les équipementiers automobiles : MC SYNCHRO par exemple doit fournir 1h après la commande les pneux montés sur la ligne de montage) et pour autant, grâce à un intranet assurer une forte cohérence managériale

L'entreprise DEFI 12 à Rodez, bureau d'étude qui conçoit des machines spéciales pour l'industrie aeronautique emploie une trentaine de techniciens et ingénieurs à Rodez. Elle travaille pour moitié pour l'aéronautique et pour moitié dans l'automobile

Dans le cadre de son programme de développement elle a créé une filiale à Bucarest qui emploi une trentaine d'ingénieurs: les deux équipes travaillent sur les mêmes programmes et partagent donc les mêmes données grâce à Internet et Bernard DALMON, son Pdg est frappé par l'efficacité de la formule : " L’expérience que nous menons

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426
Document info
Document views1130
Page views1130
Page last viewedSat Dec 10 09:47:15 UTC 2016
Pages426
Paragraphs7868
Words215899

Comments