X hits on this document

Word document

Internet et Entreprise - page 221 / 426

842 views

0 shares

0 downloads

0 comments

221 / 426

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426

Internet et PMI   JM Yolin    édition  2005      H:\MIRAGE\1104MIRAGE2005A.DOC

en général assuré par des messageries X400 avec des services "à valeur ajoutée", nécessitant des compétences informatiques internes ou l’appel à des prestataires spécialisés,…)

Chaque nouvelle application ne peut être intégrée dans le réseau que par des connexions dédiées, Chaque fois qu'un nouveau partenaire, fournisseur ou client veut intégrer le système la même longue et couteuse procédure doit être réitérée; chaque relation doit être préparée, configurée au coup par coup. Stefan Klein (livre EDI & Internet) estime que le cout d'une solution EDI est 25 fois supérieures à son équivalent Internet par cette absence de standardisation des interfaces

Par ailleurs, si les systèmes d'EDI ont récemment réussi à converger vers une normalisation interprofessionnelle dénommée EDIFACT, ce qui est un atout précieux, il n'en reste pas moins qu'EDIFACT est une norme extrêmement lourde à mettre en œuvre pour une petite structure. En effet outre la normalisation des messages, il implique la refonte de toute l'organisation de la gestion des informations

Que pourrait apporter Internet à l'EDI ?

4.3.3.2.1 Un abaissement drastique des coûts de transmission en utilisant le réseau Internet (l'EDI sur IP)

Dans ce cas l'ensemble de la chaîne d'échange et de ses protocoles sont maintenus mais la communication est établie à travers le réseau Internet, ce qui permet un abaissement sensible des coûts de transmission et donc une utilisation potentielle par un plus grand nombre d'entreprises allant jusqu'aux PME. Il y a une forte complémentarité entre EDIFACT et Internet, ce dernier renforçant la position de la norme. Il convient bien entendu de prendre les mesures de sécurité qui s'imposent en utilisant des liaisons cryptées (Extranets, VPN),…

Une petite société française (NY consultant) proposait en 1998 pour 9.000 F une station EDI sur PC : elle prenait en charge l'émission et la réception de documents commerciaux complets après avoir assuré leur transformation en message EDIFACT normalisés. Le tout pouvait alors transiter sur Internet : pour un envoi de nuit, l'expédition d'un millier de messages EDI de 2 ko chacun coûtait moins de 20 F

Cette démarche est intéressante pour maintenir EDIFACT chez les industriels ayant récemment fait l'effort de se mettre à cette norme et cet énorme avantage en terme de coût et de vitesse de mise en place, devrait amener toutes les entreprises à abandonner rapidement les réseaux "à valeur ajoutée".

"ce type d'échange [EDI] a encore peu migré vers Internet a la différence des pays anglo-saxons" constatait Frédéric Lavelle, CCI Versailles en mai 2002 mais la situation n’a que peu évolué depuis car il faudrait pour cela que les donneurs d’ordre soient moteurs

En revanche, elle ne règle pas le problème des PME qui n'en ont qu'une utilisation plus occasionnelle et s'accommoderaient mieux d'un système beaucoup plus léger, certains parlent d'EDI "lite", utilisant les mêmes formats de message normalisés mais ne les obligeant pas à réorganiser entièrement leur chaîne de traitement informatique pour la rendre conforme à la norme

4.3.3.2.2 Des solutions plus simples, moins chères mais sans doute transitoires: EDI dans IP (Web EDI, EFI)

Ces solutions plus souples sont davantage à la portée des PME multiclients que l'EDI classique, et qui, par rapport au fax (outre le coût) permettent un traitement de l'information sans ressaisie (pour l'élaboration du bon de livraison ou de la facture par exemple).

4.3.3.2.2.1 L'EFI : "échange de formulaires informatisés

L'EFI (Echange de Formulaires Informatisés) permettant à une PME de simplement remplir sur micro-ordinateur un formulaire qui lui a été transmis sur le réseau, le petit logiciel intégré au formulaire "intelligent" se chargeant de la mise au format EDIFACT avant transmission

C'est aussi la possibilité de remplier un formulaire accessible sur le WEB comme téléTVA

Le projet EFI (Echange de Formulaires Informatisés) de GALIA (Groupement pour l'Amélioration des Liaisons dans l'Industrie Autmobile) concernera les échanges de faible volume (moins de 300k€ par an et moins de 10 références traitées)

C'est également une formule qui devrait se développer notamment pour les formulaires administratifs en particulier dans le domaine fiscal et social.

Un équilibre s'établirait ainsi en fonction des coûts et des exigences des différents types d'échanges.

Mais il ne s'agira, espérons le, que d'une étape intermédiaire car leurs applications devraient être capables de produire et envoyer directement en XML les déclarations utiles

4.3.3.2.2.2 Le Web-EDI : mise à disposition des informations sur le Web

Reconnaissons qu'il y a là un outil interessant mais que le terme est trompeur : EDI rappelons le signifie "Echange Informatisé de données", or dans ce cas les données sont seulement mises à disposition du fournisseur…dans le format qui sert habituellement à l'échange sur un site WEB!

Mais celui-ci peut tout aussi bien l'imprimer pour rentrer dans sa chaine de traitement!: là encore cette solution n'a de sens que comme une étape intermédiaire car elle implique une "rupture de charge" dans l'échange d'information

"Nous estimons à environ 500  fournisseurs les partenaires susceptibles d’intégrer le dispositif de Web EDI. Nous souhaitons également inclure l’ensemble du domaine des achats généraux dans ce dispositif, ce qui représente au total entre 500 et 1 000 fournisseurs" (Annick GENTES-KRUCH directeur e-business de PSA, e-Net2003, avril 2003)

Les chiffres communiqués par Renault sont tout à fait du même ordre de grandeur.

En Allemagne, l’acteur le plus avancé en matière de Web EDI est Bosch, qui atteindra bientôt le niveau de 2 000 fournisseurs connectés. Siemens communique des chiffres tout à fait comparables.

Le Web-EDI peut  d'ailleurs en général cohabiter avec l'EDI traditionnel

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426
Document info
Document views842
Page views842
Page last viewedSat Dec 03 16:24:13 UTC 2016
Pages426
Paragraphs7868
Words215899

Comments