X hits on this document

Word document

Internet et Entreprise - page 332 / 426

1014 views

0 shares

0 downloads

0 comments

332 / 426

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426

Internet et PMI   JM Yolin    édition  2005      H:\MIRAGE\1104MIRAGE2005A.DOC

Le FCPR (Fonds de Promotion du Capital Risque), créé en 2001 (Etat, CDC et Fonds Européen d'Investissement)et doté de 150M€, prends le relai des 2 véhicules de 900MF levés en 1998 : il s'agit de "fonds de fonds" (financement  des investisseurs en capital risque et non directement des entreprises)

60M€ supplémentaires ont été injecté début 2002 et seront directement investis par la Caisse des dépots dans les starts-up pour pallier la frilosité des investisseurs

Le lancement d’un appel à propositions doté de 100 millions de francs pour la création de tels fonds, devrait permettre de combler au moins partiellement partiellement cette lacune

Leur gestion devrait être confiée à des organismes privés.

On peut penser que ces fonds seront bien adaptés pour des projets issus de la recherche

80 entreprises ont été créées par des chercheurs du CEA depuis 10 ans(Pixtech dans les écrans plats, Incam dans les composants micro électroniques avec l'aide du fonds de capital risque épicéa, repris depuis par le groupe d'investissement lyonnais Siparex, Soitec dans le traitement des tranches de silicium, Opsitech dans la commutation optique, Sunic dans la détection infrarouge…)

et une trentaine par ceux de l'inria (dont Ilog est le fleuron et plus récemment Realviz www.realviz.com  voir page 332 spécialisé dans l'introduction d'objets virtuels dans des séquences de film en gagnant un facteur 40 par rapport aux techniques employées dans Jurassic Park)

à titre plus anecdotique Bionatics www.bionatics.com est issu du Cirad et a levé 1,5M€ début 2001

On peut craindre cependant qu'ils soient moins à même de savoir investir dans les innovations "d'usage" issues d'une analyse des besoins du marché comme E-trade, eBay, Freemarket, Amazon ou Autobytel, alors que ceux-ci représentent une part significative des succès de grande ampleur outre-atlantique.

7.3.3.4.6 Les aides publiques (Drire, Anvar, Crédits d'impot,…): problèmes d'adaptation et de vitesse

Bien adaptées au financement de prototypes technologiques, les aides publiques (ANVAR, DRIRE, aides des collectivités locales,…), permettent d'apporter une contribution substantielle au plan de financement.

L'Anvar a décidé d'étendre son champ d'intervention à l'innovation en terme de modèles économique et d'y consacrer à terme 10 à 15% de son budget mais ses aides ne peuvent cependant répondre complètement à la question pour deux raisons :

elles ne peuvent financer que certaines dépenses (notamment elles se limitent à celles que l'on est capable de prévoir au départ) et seulement à hauteur de 30 à 50 % (ce qui est raisonnable pour des capitaux publics). Mais laisse entier le besoin de financement principal qui doit, de surplus, être en mesure de faire face aux aléas ;

ce sont des procédures qui ont des difficultés à s'adapter à des innovations d'usage pour lesquelles les notions de "R&D", "prototype", "ingénieur de recherche"… sont en décalage ;

Les procédures d'aide peuvent même dans certains cas être contre-productives lorsque leur perfectionnisme est excessivement chronophage.

De nombreux créateurs insistent sur le fait que certains gestionnaires de procédures privilégient le "bon dossier" par rapport au "bon projet". Or la vitesse est, dans les secteurs des NTIC le facteur essentiel de la réussite

Ce n'est plus le gros ou le "très bon" qui mange le petit ou le "pas encore tout à fait au point", mais le rapide qui mange le lent :

Louis Gerstner président d'IBM déclarait aux Echos "on en est presque arrivé au point où être le premier vaut mieux que d'être intelligent"

cette critique est revenue très fréquemment dans nos interviews qui ont rappelé le célèbre propos d'Andy Grove:

"in a few years, companies will be classified in two categories : the Quick and the Dead".

Le Crédit impôt recherche (dorénavant remboursé les 3 premières années immédiatement) et qui donne lieu à un contrôle a posteriori ne présente pas ce défaut, mais lui aussi est peu adapté aux innovations d'usage

7.3.3.4.7 Les Business Angels et les stock options : les éléments clé du dispositif
7.3.3.4.7.1 Les Business Angels : de l'argent, mais surtout une expertise et un réseau

La carence essentielle qu’il convient de pallier aujourd'hui est donc entre la "love money" et le "capital risque".

C'est le stade des premiers développements qui nécessitent un financement entre 100k€ et 1M€ et qui constitue un métier très particulier nécessitant une capacité de décision rapide, sans analyse lourde de dossiers, préalable à l'engagement :

C'est ce que les Anglo-Saxons appellent les "Business Angels" terme que nous adopterons en attendant qu'un équivalent français fasse l'unanimité.(le terme "d'Investisseur Providentiel" a été récemment proposé)

Ces investisseurs sont quasiment toujours des industriels (et non des financiers, tout du moins pour ceux qui réussissent), qui bien souvent ont créé eux-même une entreprise, voire sont des "multirécidivistes", (Serial entrepreneurs),

Citons par exemple Marc Fourrier, Thierry Leyne (Consor France), Jean Guetta (Saari), Gilles Pelisson (Disney), Charles Petruccelli (American Express), André Levy-Lang (Paribas), Jean-François Lepetit (BNP), Pierre Sissmann (Disney) Marc Vasseur (Genset) Arnold Raichler (Partner Jouet), Frank Thénot (Filipacchi), Bernard Vergnes (Microsoft), Dominique Louis créateur d'Asystem, Christophe Sapet (Atari), Loïc Le Meur (Marketo), Philippe Contal (Alpha-C)

Ils ont de l'argent, du temps, de l'expérience, une connaissance du marché, un bon carnet d'adresse et une crédibilité sur la place.

Ce peut être aussi parfois des consultants

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426
Document info
Document views1014
Page views1014
Page last viewedThu Dec 08 02:13:59 UTC 2016
Pages426
Paragraphs7868
Words215899

Comments