X hits on this document

Word document

Internet et Entreprise - page 400 / 426

818 views

0 shares

0 downloads

0 comments

400 / 426

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426

Internet et PMI   JM Yolin    édition  2005      H:\MIRAGE\1104MIRAGE2005A.DOC

L'investissement d'Opiocolor fabricant de mosaïque pour son système de production (conception assistée sur la réalité virtuelle) a dépassé 7MF voir page 37 et celui de Yellow Connection (télémaintenance), qui s'est conclu par un échec parce que le marché n'a pas suivi, plus de 5 MF

Néanmoins la priorité devra clairement être donnée aux études approfondies de faisabilité, réalisées avec le concours d'un cabinet extérieur, car c'est là que l'intervention financière publique est la plus efficace.

En cas de développements importants, nécessitant des capitaux extérieurs, cette étude devra, le plus en amont possible, associer les partenaires financiers de l'entreprise (notamment les apporteurs de capitaux) afin de pouvoir déclencher, dans des délais rapides, une décision pleinement éclairée de leur part :

Les entreprises de croissance ont en effet bien davantage besoin de capitaux propres que de subventions pour financer leurs développements.

Les investisseurs pour leur part ont surtout besoin d'informations et d'expertise crédible sur le projet

8.3.6.4 Agir résolument sur l'enjeu stratégique : action sur les grandes filières et diffusion sur le territoire

Comme toute cette analyse l'a montré Internet n'est pas tant l'outil qui permettra de rendre plus compétitive UNE entreprise isolée, surtout une PME, mais tout un tissu économique, un "écosystème économique" comme le dit  Jean-Claude Mailhan du CGTI

Il apparaît 3 besoins

8.3.6.4.1 Numérisation des grandes filières professionnelles : TIC et PME 2010

Au niveau des grandes filières industrielles ou tertiaires (auto, aéro, défense, naval, ferroviaire, distribution, BTP, …) pour gagner en compétivité (productivité, réactivité et suivii qualité tant pour la conception que pour la production) il est impératif de numériser les échanges entre donneurs d'ordre, fournisseurs et sous-traitants tout au long de la filière (souvent 4 niveaux de sous-traitance).

Mais pour cela il y a un pré-requis : élaborer des standards pour le secteur professionnel considéré considérée mais

Toutes ces branches professionnelles travaillent maintenant largement au niveau européen et même souvent au delà : ces standards devront donc partir des standards internationaux (UN/CEFACT) et être élaborés en étroite collaboration avec les instances de normalisation internationales

Ces secteurs professionnelles travaillent avec les mêmes secteurs "métier" : ce sont donc les mêmes PME de mécanique, de plasturgie, de composants électronique ou de logistique qui travaillent pour l'auto, l'aéro, le ferroviaire ….: il est bien entendu inimaginable qu'une PME utilise des standards différents selon son client

Soit donc elle se refuse à numériser ses échanges et alors ressurgiront les problèmes de délais, de stocks, de manque de réactivité aux aléas, de risques d'erreur lors des resaisies, de couts, de traçabilité …qui pénaliseront tant la PME que son client

Soit elle ne travaillera plus que pour un client entrainant des rigidités dans l'appareil de production un cloisonnement empêchant les innovations développées dans un secteur de profiter à un autre

Il est donc impératif que ces standards soient interopérables entre secteurs professionnels

Second problème : il convient de diffuser ces méthodes de travail auprès de toutes les entreprises de la chaine jusqu'à la PME. Le role des grands donneurs d'ordres est évidemment primordial pour que ces PME s'engagent dans la démarche (il ne lui servirait en effet à rien à une PME de s'organiser pour travailler "en numérique" si son client n'est pas lui même prêt pour cela).

Mais là aussi il faut absolument éviter que ces actions de sensibilisation et de formation soient conduites en ordre dispersé : que dirait une PME de mécanique qui verrait arriver chez elle sans concertation entre eux un représentant de l'automobile le lundi, un de l'aéronautique le mardi  et un troisième de l'électroménager le mercredi : là encore il faut éviter que la même PME soit sollicitée de façon désordonnée

De plus la plupart des responsables du développement régional (Conseils Régionaux, Drire, CCI,…) ont déjà mis en place des programmes de développement de la compétitivité des entreprises (y compris souvent un volet infrastructure, souvent critique) : il convient de veiller à ce que les actions nationales viennent en appui des initiatives régionales au lieu de les perturber

Enfin un impératif de mutualisation : bien des "outils" développés" par les différents acteurs (programmes de formation, outils de sensibilisation, banques de success stories, annuaires de compétence, …) et des standards très intersectoriels (dématérialisation de la facture par exemple) peuvent être mutualisés

Veiller à regrouper les initiatives des filières au niveau d'un "écosystème suffisamment large pour que cela ait un sens, coordonner les standards pour qu'ils soient internationaux et interopérables, coordonner les déploiements en région et mutualiser ce qui peut l'être implique la mise en place d'un Comité de Pilotage et de Coordination (CoPilCo) musclé car le succes reposera sur son efficacité

L'opération TIC et PME 2010 www.telecom.gouv.fr/programmes/tic-pme2010 ,qui a été lancée fin 2005, (dotée de 7 M€) repose sur cette analyse et s'inscrit dans l'opération européenne e-2010 initié par Mme Reding de la commission européenne

8.3.6.4.2 Mais il convient également de mettre en ordre de bataille les TPE : l'opération passeport numérique

Il est également nécessaire que les TPE (artisans, commerçants, professions libérales, …) puissent bénéficier à leur niveau de tous les atouts simples, efficaces et bon marché que les NTIC peuvent leur apporter

les PME de moins de vingt personnes sont près de 2 400 000  en France. Cela implique donc de produire d'abord des outils méthodologiques susceptibles d'être utilisés par la plupart d'entre elles

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175
176
177
178
179
180
181
182
183
184
185
186
187
188
189
190
191
192
193
194
195
196
197
198
199
200
201
202
203
204
205
206
207
208
209
210
211
212
213
214
215
216
217
218
219
220
221
222
223
224
225
226
227
228
229
230
231
232
233
234
235
236
237
238
239
240
241
242
243
244
245
246
247
248
249
250
251
252
253
254
255
256
257
258
259
260
261
262
263
264
265
266
267
268
269
270
271
272
273
274
275
276
277
278
279
280
281
282
283
284
285
286
287
288
289
290
291
292
293
294
295
296
297
298
299
300
301
302
303
304
305
306
307
308
309
310
311
312
313
314
315
316
317
318
319
320
321
322
323
324
325
326
327
328
329
330
331
332
333
334
335
336
337
338
339
340
341
342
343
344
345
346
347
348
349
350
351
352
353
354
355
356
357
358
359
360
361
362
363
364
365
366
367
368
369
370
371
372
373
374
375
376
377
378
379
380
381
382
383
384
385
386
387
388
389
390
391
392
393
394
395
396
397
398
399
400
401
402
403
404
405
406
407
408
409
410
411
412
413
414
415
416
417
418
419
420
421
422
423
424
425
426
Document info
Document views818
Page views818
Page last viewedSat Dec 03 04:43:09 UTC 2016
Pages426
Paragraphs7868
Words215899

Comments