X hits on this document

218 views

0 shares

0 downloads

0 comments

21 / 106

3

recensés jusqu’en décembre 1998.5 Ainsi, ces auteurs ont examiné les variations annuelles et mensuelles du nombre de massacres, leur distribution territoriale et leur géographie politique. La confrontation des intentions putatives avec ces données empiriques globales peut aider à circonscrire leurs contenus de vérité et de fausseté.

Cet article est structuré comme suit.

La section 2 donne un historique sommaire des parties engagées dans ce conflit armé, les auteurs présumés.

La section 3 passe en revue chacune des cinq explications contendantes. La section 3.1 considère que les massacres relèvent d’un mobile punitif islamiste. La section 3.2 examine l'hypothèse qu’ils procèdent d'une stratégie contre-insurrectionnelle de l'armée. La section 3.3 est consacrée à l'hypothèse que les massacres sont l’aboutissement de certains états de conflit entre les clans au sein de l'armée algérienne. La suggestion que les tueries visent à vider les terres en vue de leur privatisation est discutée dans la section 3.4. Enfin, la thèse que les massacres émanent d’une guerre tribale ou sociale est passée en revue dans la section 3.5.

La section 4 analyse les portées explicatives de ces cinq intentions. La comparaison de leurs conséquences logiques avec les variations dans le temps des massacres est présentée dans les sections 4.1 et 4.2 tandis que leur confrontation aux données de la géographie politique des massacres est abordée dans la section 4.3.

Enfin, la section 5 résume et conclut ce travail.

2. Le contexte

L'Algérie a acquis son indépendance en 1962. Les troupes françaises avaient occupé l'Algérie en 1830. Une insurrection armée contre la France a été déclenchée par le Front de Libération Nationale (FLN) en 1954. A leur départ, les Français avaient tué 750 000 algériens – un million et demi selon les chiffres officiels algériens. Les effectifs des combattants de l'Armée de Libération Nationale (ALN) ne dépassaient pas quelques dizaines de milliers.

Depuis l'indépendance du pays, l'armée a détenu le monopole du pouvoir. L'euphorie nationale et l’équilibre des prix du pétrole ont permis à l'Algérie de jouir d'une certaine stabilité jusqu'au milieu des années quatre-vingts. A ce moment-là, des années de régime de parti unique, de mauvaise gestion de l'économie, de corruption, d’inégalités sociales, d'aliénation de l’islam et de l’amazighité ainsi que la marginalisation de la société civile avaient déjà causé un mécontentement général. La chute des prix du pétrole et du gaz, en 1986, est venue exacerber une crise latente. Des émeutes de la jeunesse ont éclaté en octobre 1988. L'armée les a réprimé, créant un bain de sang où au moins 500 personnes ont trouvé la mort.

S'ensuivirent des réformes constitutionnelles, ouvrant la voie à la transition d’un régime socialiste à parti unique (du FLN) à un système multipartite. Mais, lorsque les premières élections législatives pluralistes de décembre 1991 ont donné la majorité au Front Islamique du Salut (FIS) au premier tour du scrutin – à deux tours – et que ce dernier devait inéluctablement les emporter, l'armée a annulé les élections. Chadli a été écarté du pouvoir et l'armée lui a substitué un Haut Conseil d'Etat. Des milliers de membres et de sympathisants réels ou présumés du FIS ont été arrêtés, déportés et détenus sans acte d'accusation dans des camps au Sahara, où beaucoup d’entre eux ont été torturés. Le FIS a été ensuite déclaré illégal.

Les restes éparpillés et radicalisés du mouvement ont déclenché une contre-offensive contre des policiers, des soldats, des fonctionnaires et certains journalistes.

L'Algérie a été alors prise dans une spirale de violence qui ira en s'aggravant. Les civils vont se trouver empêtrés dans le conflit entre les insurgés islamistes et le régime militaire en place. On dénombre environ trente mille prisonniers politiques.6 Le nombre de personnes torturées,

© 1999-2010 Institut Hoggar

www.hoggar.org

Document info
Document views218
Page views218
Page last viewedSun Dec 04 11:09:49 UTC 2016
Pages106
Paragraphs1718
Words43682

Comments