X hits on this document

275 views

0 shares

0 downloads

0 comments

56 / 106

38

4.1.3. Intensités des vagues de massacres

Les pics des vagues de massacres affichent une tendance croissanteG de V1 à V6 puis l'intensité maximale de la vague suivante, V7, diminue nettement.

Pourquoi les intensités des pics V1 à V6 augmentent-elles progressivement? Pourquoi le pic de la vague V7 est-il plus petit que prévu au regard de l'évolution précédente? Comment ces caractéristiques pourraient-elles être des conséquences logiques de HPI et/ou HCOIN et/ou HGC?

Examinons d’abord HPI, HCOIN et HGC individuellement.

Faire valoir que tous les massacres font partie d'une campagne punitive islamiste c'est soutenir que, entre août 1996 et janvier 1998, les insurgés ont accru progressivement l'intensité de leurs opérations punitives contre leur base sociale et la population pour éviter que celles-ci ne transposent leur allégeance au régime militaire. De plus, elle implique nécessairement l’affirmation que les insurgés islamistes ont ralenti leur campagne punitive après janvier 1998. Y a t-il donc une raison évidente que ces insurgés aient accru l'intensité de leurs représailles jusqu'en janvier 1998 avant de la ralentir? Si, ainsi que le soutient HPI, l'intention est d'infliger un stimulus répulsif comme réponse dissuasive à la volte-face politique ou comme « châtiment proportionné au crime d’interversion d’allégeance », cela présuppose implicitement que, d'une manière ou d'une autre, le taux de défection de la population aurait augmenté graduellement jusqu'en janvier 1998 pour ensuite baisser brutalement. Mais ceci ne correspond pas avec les faits. Si la participation aux élections est un quelconque indicateur d’allégeance approximatif, le taux de participation de la population a en fait progressivement reculé dans les 3 élections (novembre 1996, juin 1997 et octobre 1997). Il s’ensuit que c’est incompréhensible pourquoi les insurgés auraient mené des vagues de massacres dont les pics augmentent en intensité. De plus, les forces insurgées étaient en train d'observer une trêve unilatérale depuis le début du mois d'octobre 1997. Si l’on suppose que les vagues de violences sont des représailles islamistes, on devrait s'attendre à ce qu'elles s'éteignent. Mais, en fait, comme l'intensité du pic de V6 est plus grande que celle de V5, c.-à-d. que la trêve n'affecte en aucun cas la logique et le déroulement des tueries qui se sont accrues après août 1997. Etant donné la trêve, la vague de massacres V7 est également incompatible avec HPI.

Examinons maintenant l'hypothèse HCOIN

. Là aussi, il n’est pas évident pourquoi les

responsables de la campagne COIN auraient augmenté progressivement les intensités des pics des vagues de massacres jusqu'en janvier 1998 avant de les diminuer. Après leur écrasante défaite militaire de 1995, les insurgés ne pouvaient plus défendre leur base sociale, et on pourrait donc interpréter ce fait comme explication du fait que la campagne de massacres comme « aiguillon de contre-mobilisation » s’est déclenchée en 1996. On devrait aussi interpréter l'augmentation de l'intensité des vagues de massacres comme une mesure de contre-mobilisation de la population exécutée rapidement avant que les insurgés ne reconstituent leurs forces politiques et militaires. Mais certaines flambées dans les intensités des pics paraissent trop brutales.

La baisse nette observée après janvier 1998 ne semble pas attribuable à la logique COIN. En janvier 1998, il n'y a eu ni de volte-face dans le loyalisme de la population, ni de réorganisation des insurgés. Mais, en janvier 1998, il y a eu un concert de protestations sans précédent de par le monde pour mettre un terme à l'intensification divergente des massacres. L’amortisseur probable de l'activité des massacres a été la forte pression internationale pour enquêter sur les responsabilités dans les tueries. Cette intervention humanitaire dans les massacres va à l'encontre de la stratégie COIN qui prescrit des mesures pour s'assurer – et non pas s'aliéner – le soutien

Pour la vague V4, le pic de l'activité de massacres ne suit pas la tendance mais le pic du nombre de morts est proche de celui la vague V3. G

© 1999-2010 Institut Hoggar

www.hoggar.org

Document info
Document views275
Page views275
Page last viewedFri Dec 09 15:53:37 UTC 2016
Pages106
Paragraphs1718
Words43682

Comments