X hits on this document

239 views

0 shares

0 downloads

0 comments

95 / 106

contestation organisée et sa pérennité repose donc sur un contrôle social tatillon, interdisant l’émergence de toute expression libre et de toute organisation susceptible de la mettre en question.

La scène politique algérienne est parfaitement verrouillée, les partis récalcitrants sont privés d’expression, réduits à une existence végétative, dans l’impossibilité de se déployer, ne recueillant dans les urnes que ce que le pouvoir effectif veut bien leur concéder. À de très rares exceptions, comme la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) ou SOS-Disparus, le mouvement associatif, témoin d’une « société civile » également préfabriquée, est constitué d’une myriade d’associations subventionnées regroupant pour l’essentiel, quelques individus sans relais dans la société.

Seule soupape tolérée par le régime, la presse écrite privée – les « médias lourds », radio et télévision, restant exclusivement dans les mains de l’État – fait preuve d’une certaine liberté de ton, pour autant que les lignes rouges non écrites, mais fermement tracées, ne soient pas franchies. Ces lignes rouges sont connues : il est interdit de mettre en cause les responsables du cercle dirigeant effectif, de les nommer et de critiquer le centre du régime, la police politique militaire. En revanche, la presse dispose d’une certaine latitude pour critiquer le chef de l’État, le gouvernement et les autres institutions. Sous tutelle directe du DRS, la plupart des directeurs de journaux sont ainsi tenus d’assister à un briefing hebdomadaire au siège spécialisé de la police politique. La presse reste néanmoins le seul espace de très relative liberté consentie à la population.

Les syndicats autonomes face à la répression

Héritage vivace de la période d’ouverture, de la Constitution de 1989 et des lois promulguées en 1990, les syndicats autonomes sont en première ligne de la répression et des manœuvres déstabilisatrices de l’appareil sécuritaire et de ses relais. Si l’aventurisme politique, inauguré par le coup d’État militaire du 11 janvier 1992, a entraîné le démantèlement des principaux garde-fous de l’État de droit, le rééchelonnement de la dette en 1994 a permis le basculement dans l’économie de bazar et la corruption généralisée. L’orientation libérale et l’annihilation de la politique sociale ont provoqué le basculement de catégories entières dans la précarité et la misère.

3

Document info
Document views239
Page views239
Page last viewedTue Dec 06 18:32:04 UTC 2016
Pages106
Paragraphs1718
Words43682

Comments