X hits on this document

293 views

0 shares

0 downloads

0 comments

97 / 106

Des méthodes éprouvées pour stériliser le champ politique

Depuis les années 1990, le DRS déploie, vis-à-vis des syndicats autonomes, tout l’éventail des techniques de manipulation mises en œuvre dès 1962 pour stériliser le champ politique et renouvelées, après la fermeture de la « parenthèse démocratique » de 1989-1991. Les partis alors légalisés, ayant encore une base réelle et une direction indépendante du pouvoir, ont été systématiquement depuis l’objet de manœuvres de division interne. Scénario classique : des militants « dissidents », agissant sur ordre, décident d’un congrès de « redressement ». Une « direction » est élue dans les conditions les plus illégales et le parti passe sous la coupe du pouvoir. La victime la plus illustre de ce genre de « redressement » – le mot arabe tas’hihiyya est passé dans le langage courant pour désigner ce type de coup d’État téléguidé – fut, en janvier 1996, le vénérable Front de libération nationale, dont le secrétaire général Albelhamid Mehri a alors été déposé à la suite de ce que ses exécutants ont appelé un « complot scientifique ». Au mépris de toute légalité, la ligne indépendante du FLN, approuvée par les militants, a été changée du jour au lendemain, pour un alignement absolu sur les orientations du pouvoir.

Face à ce type de manœuvres, dans une situation d’état d’urgence structurel et d’omnipotence de la police politique, tout recours à la justice est inévitablement voué à l’échec. Dans l’organisation politique algérienne, la justice n’est pas une institution, elle n’est qu’un appareil obéissant. Et le paysage est ainsi modelé : de nombreuses organisations factices – partis, syndicats, associations –, sans base ni programme crédible, occupent le terrain médiatique quand le besoin d’une agitation politique est ressenti par le système. On le voit bien à l’occasion des élections présidentielles, quand des structures virtuelles sont fugacement ranimées pour servir de faire-valoir et jouer le rôle d’une opposition de pure figuration.

Systématiquement appliquées, ces méthodes, qui semblent être les seules connues de la police politique, ont été notoirement utilisées sur le front de la « sale guerre » des années 1990 : les mêmes techniques ont servi à la création de faux maquis, afin d’infiltrer et de noyauter les groupes armés, jusqu’à les manipuler pour perpétrer, de 1996 à 1998, les pires massacres. L’objectif d’instrumentalisation de la violence islamiste – la mettre au service d’une stratégie de communication du régime – a d’ailleurs globalement fonctionné. La dictature s’est ainsi justifiée en permanence, se prévalant du combat contre les extrémistes religieux pour se maintenir.

5

Document info
Document views293
Page views293
Page last viewedSun Dec 11 04:23:48 UTC 2016
Pages106
Paragraphs1718
Words43682

Comments