X hits on this document

172 views

0 shares

0 downloads

0 comments

38 / 85

l’espérer ! En attendant, on vit ici un peu dans l’anarchie, et il faut toute la douceur et les mœurs pacifiques des Betsiléos pour que la paix continue à régner parmi eux.

Les Européens n’ont pas encore poussé jusqu’à nous, et cela s’explique sans peine par tout ce que je viens de vous dire et de l’état du pays et du peu de sûreté des voies de communication. Mais ce qui est différé n’est pas perdu : j’estime, en effet, qu’aucune partie de Madagascar n’est mieux faite pour les attirer tant par la salubrité du climat et la fertilité de ses terres que la collaboration dévouée qu’elle trouvera chez ses habitants.

Tamatave, 8 janvier.

Nous attendons avec impatience que le gouvernement ait pris une décision définitive, en ce qui concerne l’organisation politique et administrative de Madagascar. On nous dit que M. Laroche, qui vient de débarquer, doit appliquer un programme d’annexion : il est certain que ce programme sourit à bon nombre de colons, surtout à ceux que M. de Mahy appelle « les petits français », qui sont venus ou viendront ici sans sou ni maille. Ceux-là n’ont d’autre espoir que dans l’admi­nistration, qu’ils espèrent bien tenir à leur discrétion si, comme l’implique tout programme d’annexion, on leur confère des droits politiques. Adieu alors les équilibres budgétaires : les finances municipales ne serviront qu’à rétribuer des services électoraux ! demandez plutôt à nos voisins de la Réunion.

Cette perspective n’est pas sans inquiéter certains esprits. Par les derniers paquebots venus de la Réunion et de Maurice, il n’est pas débarqué à Tamatave moins de 5 à 600 créoles, qui, à eux tous ne possédaient certes pas un avoir de 10.000 francs. On se demande ce qu’ils vont devenir : ils ne peuvent entrer en concurrence avec la main-d’œuvre indigène, et, d’ailleurs habitués à ne rien faire en leurs pays, à quel travail vont-ils se livrer ici, où la vie est plus dure et le commerce plus inexorable ? Déjà un grand nombre ont sollicité des secours de l’administration ; d’autres sont à la charge des colons. Il

– 38

Document info
Document views172
Page views172
Page last viewedSat Dec 03 01:12:25 UTC 2016
Pages85
Paragraphs816
Words22237

Comments