X hits on this document

229 views

0 shares

0 downloads

0 comments

39 / 85

est vraiment dommage que des règlements draconiens ne puissent réglementer l’immigration : qu’on nous évite du moins la création d’un conseil municipal avec des droits étendus ! Ce serait la ruine.

Puisque j’en suis sur ce chapitre, vous apprendrez aussi sans surprise qu’il est débarqué un nombre considérable de Chinois et d’Indiens. Il n’est pas à craindre que ceux-là soient une charge pour la colonie ; ils sont habitués à l’économie la plus stricte, vivent à raison de quatre ou cinq sous par jour, et apportent dans la pratique du commerce des procédés qui leur assurent inévitablement le succès ; ils ne font jamais crédit. J’ai souvenance que me promenant un jour dans l’un des quartiers de la Réunion, je vis inscrit sur une boutique l’avis suivant : Avis. Les clients qui n’auront point payé leur dette à la fin du mois, sont priés de ne point demander la continuation de leur crédit ; elle leur sera refusée. Ce commerçant était un Chinois ; il faisait d’excellentes affaires. Soyez sûr que nos Chinois et nos Indiens de Tamatave vont être pour nos commerçants européens et créoles des adversaires redoutables, et je ne serais point surpris, si j’avais à vous entretenir prochainement de la question asiatique à Madagascar et à Tamatave en particulier3.

Les affaires n’ont point pris le développement rapide qu’on pouvait espérer après la cessation des hostilités : cela tient sans doute aux troubles qui se sont produits dans la région de Mahanoro et de Vatomandry, et qui ont eu leur répercussion jusqu’à Andevourante, sur la ligne de Tamatave à Tananarive. Il convient toutefois de ne pas exagérer ces troubles, dont voici la cause :

3 Les appréhensions exprimées par notre correspondant de Tamatave sont plus vives encore à Majunga, où se publie le Journal de Madagascar. Ce journal dit que chaque navire amène des Asiatiques, Chinois, Malais, Indiens, mêmes des habitants du sud de l’Afrique.

Il s’alarme de cette immigration. Le pays, dit-il, en sera avant peu complètement envahi, au grand détriment du négoce et aussi de la santé publique. Il est temps que ceux qui ont mission de sauvegarder les intérêts de l’île et d’assurer son avenir se mettent à l’œuvre pour enrayer ce flot montant qui compromettra et tuera la véritable colonisation.

– 39

Document info
Document views229
Page views229
Page last viewedThu Dec 08 22:50:16 UTC 2016
Pages85
Paragraphs816
Words22237

Comments