X hits on this document

227 views

0 shares

0 downloads

0 comments

43 / 85

Hanotaux et M. Dupuy ne pensèrent pas qu’il fût prudent de laisser les recrues hovas s’instruire et se perfectionner dans le maniement des armes, et la guerre fut résolue.

Elle ne le fut point de gaieté de cœur ; M. Hanotaux essaya une dernière tentative de conciliation en envoyant M. Le Myre de Vilers à Tananarive en mission extraordinaire. Cette mission n’aboutit pas et, quelques jours plus tard, nos premières troupes débarquaient à Tamatave.

On peut regretter que le ministère des affaires étrangères n’ait pas eu la direction de l’expédition ; par sa connaissance de Madagascar, il eut évité la plupart des fautes qui ont été commises. Il se contenta – c’était son rôle – de préparer un traité qui mît fin à la guerre et sauvegardât nos intérêts. Les personnes les plus autorisées furent consultées ; ce sont elles qui rédigèrent le traité que la reine de Madagascar signa le 1er octobre suivant.

Un traité de ce genre ne va pas sans quelques instructions explicatives ; celles qui furent données au général Duchesne et à M. Ranchot prévoyaient les différentes éventualités qui pourraient se produire à l’issue de la campagne. On avait prévu notamment que les étrangers ne voudraient pas nous savoir gré de nos sacrifices ni de la sécurité que nous apportions à leur commerce. M. Hanotaux avait pris des gages en voulant réserver à nos nationaux le droit de propriété.

Les instructions de M. Hanotaux constituent le testament politique du ministère des affaires étrangères en ce qui concerne Madagascar ; l’œuvre préparée au quai d’Orsay n’y devait point être terminée ; l’histoire dira un jour pour quels motifs, étrangers à la politique générale, ce résultat fut obtenu.

Entrons maintenant dans une analyse plus minutieuse des documents publiés.

L’un des premiers contient les instructions données par M. de Freycinet à M. Le Myre de Vilers, lorsque ce dernier fut nommé résident général, en 1886. Elles peuvent se résumer en ces mots : s’abstenir de toute immixtion dans les affaires intérieures de l’île ; éviter tout ce qui pourrait inutilement

– 43

Document info
Document views227
Page views227
Page last viewedThu Dec 08 20:24:35 UTC 2016
Pages85
Paragraphs816
Words22237

Comments