X hits on this document

180 views

0 shares

0 downloads

0 comments

58 / 85

Il suffit, dit M. Hanotaux, de lire les articles du traité pour s’apercevoir que, dans la pensée de ceux qui le rédigeaient, cet acte devait être la charte ou, si l’on veut, la constitution de notre nouvelle possession. Il apparaît également que le régime qu’on a voulu créer est celui du protectorat.

Qu’est-ce qu’un protectorat ? Le protectorat n’est, à vrai dire, qu’une restriction, une limitation, une modération que, dans son intérêt, la puissance victorieuse s’impose à elle-même au moment de sa victoire, dans la mesure où il lui convient, alors qu’elle pourrait, en vertu du droit de la guerre, aller jusqu’au bout de sa conquête. N’en déplaise à nos jurisconsultes de cabinet, le protectorat ne se définit pas, parce qu’il n’y a pas de tribunal pour juger les conflits qui pourraient s’élever entre la nation protectrice et la nation protégée sur la portée des termes de l’arrangement ; et que, d’autre part, la force de la puissance protégée étant brisée et anéantie par une occupation permanente et un désarmement complet, tout recours à la guerre, sanction suprême des différends internationaux, est, par là même, rendu impossible.

On a dit que le protectorat, tel qu’il est établi par le traité de Tananarive, ne diffère pas sensiblement de celui qui existait sous le régime du traité de 1885. Je ne discute même pas la question au point de vue des textes : il suffit de les comparer ; mais les formules seraient-elles les mêmes, que la situation n’en serait pas moins changée du tout au tout, puisque le traité de 1885 était une transaction débattue, tandis que celui de 1895 est une capitulation souscrite ; puisque le traité de 1885 ne laissait à la France aucun moyen permanent de faire sentir sa volonté au gouvernement malgache, tandis que le traité de 1895 consacre le maintien d’une armée victorieuse dans le pays vaincu. La vérité est, qu’en 1885, il n’y avait pas de protectorat parce qu’il n’y avait pas de domination, et qu’en 1895, le protectorat naît en même temps que la domination s’impose ; et elle s’impose sous la forme du protectorat, parce que c’est cette forme qui a été choisie d’avance par le Gouvernement et le Parlement français, comme la plus avantageuse aux intérêts du

– 58

Document info
Document views180
Page views180
Page last viewedSun Dec 04 04:42:15 UTC 2016
Pages85
Paragraphs816
Words22237

Comments