X hits on this document

PDF document

201005071117183525235CfBkqUqCw.pdf - page 4 / 23

47 views

0 shares

0 downloads

0 comments

4 / 23

message du President 2009

Chers Actionnaires,

D ans un contexte de concurrence exacerbée, marqué notamment par la fusion de certains établissements et l’arrivée de nouveaux participants sur le marché bancaire national, notre banque a réussi à maintenir le cap de ses bonnes performances.

Le total bilan qui s’est établi à 341 milliards de FCFA au 31 décembre 2009, marque une progression de 20% par rapport à l’exercice dernier. Nos parts de marché se sont améliorées, avec une hausse des ressources collectées auprès de la clientèle et une progression notable des concours octroyés à l’économie.

Notre politique de proximité avec la clientèle a connu un développement particulier, car le nombre des agences est passé de 23 unités en 2008 à 33 agences en 2009, dont 20 à Abidjan et 13 à l’intérieur du pays.

Au total, le résultat net de l’exercice ressort à 8,3 milliards de FCFA, contre 6,8 milliards de FCFA en 2008.

Ces bonnes performances sont à mettre au crédit de la Direction Générale et de l’ensemble du personnel. Leurs efforts continus pour offrir des produits de qualité adaptés aux besoins de la clientèle ont donné des résultats probants. Ces efforts se sont appuyés sur un soutien sans faille de tout le Conseil d’Administration.

Je voudrais donc vous adresser toutes mes félicitations pour vos contributions respectives au rayonnement de notre institution.

La bonne performance de cette année nous appelle à

6

Rapport annuel 09

redoubler d’ardeur et d’abnégation afin de pérenniser la dynamique des résultats.

Le Conseil d’Administration a renforcé les moyens d’intervention de la banque en procédant à une augmentation sensible de son capital social.

Ce soutien renouvelé devrait permettre donc à notre banque d’être mieux armée pour œuvrer à l’atteinte des objectifs ambitieux qui ont été fixés pour l’exercice 2010, et qui doivent améliorer notre position dans le peloton de tête des banques en Côte d’Ivoire et dans la sous région.

Nous nous réjouissons d’avance de savoir que nous pouvons compter pour cela sur la détermination, l’enthousiasme et l’esprit d’équipe de l’ensemble du personnel.

Je vous remercie.

Aka AOUELE Président du Conseil d’Administration

Ecobank Côte d’Ivoire

Mesdames, Messieurs, Chers Actionnaires.

Le Conseil d’Administration de votre banque vous a conviés ce jour en Assemblée Générale Ordinaire afin de vous rendre compte de l’activité de votre établissement durant l’exercice clos le 31 décembre 2009 et de soumettre à votre approbation les états financiers dudit exercice.

Le rapport qui vous est présenté, met l’accent sur :

  • Les éléments majeurs du contexte économique,

financier et monétaire de l’année 2009,

  • Les performances financières de la banque, et

  • Les perspectives pour l’année 2010.

1/ ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE, FINANCIER ET MONETAIRE

Au plan international, les politiques de relance budgétaire, monétaire et fiscale mises en œuvre par les principaux Gouvernements et Banques Centrales ont permis de contenir quelque peu les effets néfastes de la crise économique, notamment au cours du deuxième semestre de l’année où un certain nombre d’indicateurs de croissance sont repassés au vert.

Cependant, cela n’a pas suffi à résorber entièrement les effets pervers de la crise et la croissance économique mondiale a été, dans l’ensemble, négative en 2009, de l’ordre de 0,8%, contre une croissance positive de 0,5% en 2008.

Les performances économiques ont été très contrastées selon les régions.

Ecobank Côte d’Ivoire

raPPort de gestion du conseil d’administration

Au sein du bloc des pays industrialisés, la croissance économique a été négative de l’ordre de 3,2%, avec notamment des taux négatifs de 2,5% aux Etats-Unis et 5,3% au Japon.

Dans la zone Euro, le recul du produit intérieur brut a été de 3,9%. L’Allemagne et la France, qui ont été particulièrement touchés, ont vu leurs économies se contracter de 4,8% et 2,3% respectivement.

Dans le bloc des pays émergents et pays en développement, l’activité économique a progressé, mais à un rythme fortement réduit. Le taux de croissance du produit intérieur brut a été de 2,1% contre 6,1% en 2008.

La tendance positive qui a commencé à se dessiner au cours du second semestre 2009 augure de perspectives meilleures en 2010, même si l’on ne devrait pas retrouver les niveaux d’activité pré crise avant quelques années.

Le Fonds Monétaire International table ainsi sur un rebond de la croissance mondiale de l’ordre de 4% en 2010, soutenue en cela par les blocs des pays industrialisés et des pays émergents, où les prévisions font état de taux de croissance de 2,1% et 6%.

Au plan sous-régional, la mise en œuvre du programme d’apurement des arriérés de paiement intérieurs des Etats et des réformes structurelles ont permis à l’économie de l’Union Monétaire Ouest Africaine de résister globalement aux effets néfastes de la crise.

Rapport annuel 09

7

Document info
Document views47
Page views47
Page last viewedSat Oct 29 00:14:12 UTC 2016
Pages23
Paragraphs1969
Words13984

Comments