X hits on this document

PDF document

201005071117183525235CfBkqUqCw.pdf - page 5 / 23

50 views

0 shares

0 downloads

0 comments

5 / 23

raPPort de gestion du conseil d’administration

Ainsi, l’activité économique de l’Union devrait enregistrer un taux de croissance de 2,9% contre 3,7% en 2008, avec notamment un taux de croissance positif pour chacun des huit pays du bloc.

Pour l’année 2010, les perspectives indiquent un taux de croissance de 4,8%.

Au plan national, le programme économique et financier triennal 2009-2011 conclu avec le Fonds Monétaire International s’exécute globalement selon les termes et conditions prévus par l’accord.

Ce programme, couplé avec l’atteinte du point de décision de l’initiative PPTE, a permis la normalisation des relations avec la communauté internationale.

Les négociations avec le groupe des créanciers privés réunis au sein du club de Londres et celui des créanciers publics du club de Paris ont abouti à d’importants abandons de dettes, de l’ordre de 700 milliards de FCFA.

Ce sont autant d’éléments qui ont contribué à améliorer le cadre macro économique.

Le taux de croissance du produit intérieur brut devrait ainsi se consolider pour s’établir à 3,8% contre 2,3% en 2008.

Pour l’année 2010, les prévisions, qui tablaient initialement sur un taux de croissance de 4%, ont été revues à la baisse, à 3%.

Ce tassement de l’activité économique serait dû aux récentes difficultés dans le secteur de l’énergie et à la persistance de la crise sociopolitique.

2/ PERFORMANCES FINANCIERES DE LA BANQUE

A la fin de l’année 2009, le marché bancaire national comprenait 18 banques et 3 établissements financiers.

Au 31 Décembre 2009, les banques ivoiriennes ont distribué un total de 2 402 milliards de FCFA de crédits à l’économie. Comparés aux 2 170 milliards de FCFA de crédits octroyés en 2008, la progression des concours à

8

Rapport annuel 09

l’économie a été de 10.69%. Les ressources collectées, quant à elles, ont progressé de 10%, passant de 2 395 milliards de FCFA en 2008 à 2 633 milliards de FCFA en 2009.

Dans ce contexte de concurrence poussée, marqué notamment par la fusion de certains établissements et l’arrivée de nouveaux participants, notre banque a renforcé ses positions de marché:

Ainsi,

  • Le total des concours octroyés à l’économie par la

banque est passé de 229 milliards de FCFA en 2008 à 278 milliards en 2009, soit une progression de 21%. Notre part de marché en termes d’emplois s’est ainsi améliorée, de 10.5% en 2008 à 11.6% en 2009.

  • Le total des ressources collectées par la banque est

passé de 245 milliards de FCFA en 2008 à 296 milliards de FCFA en 2009, soit une progression de 20.77%. Notre part de marché en termes de ressources s’est aussi améliorée, de 10.2% en 2008 à 11.3% en 2009.

Ecobank Côte d’Ivoire

L’examen détaillé des états financiers au 31 décembre 2009 se présente comme suit :

significative des créances en souffrance résulte d’une part, des efforts de recouvrement et d’autre part, de la constatation en perte de créances irrécouvrables.

Au niveau du bilan

Le total du bilan se situe en 2009 à 342 milliards de FCFA contre 285 milliards en 2008, soit une hausse de 20%.

Sur les cinq dernières années, la progression moyenne annuelle du bilan a été de 24%.

Les créances en souffrance sont couvertes par des provisions à hauteur de 88%.

Les ressources collectées auprès de la clientèle s’établissent à 228 milliards de FCFA contre 187 milliards de FCFA en 2008, soit une progression de 22%. La proportion des ressources non rémunérées y est de 48%.

La croissance du bilan a été essentiellement nourrie par l’augmentation des concours à la clientèle.

En effet, les encours nets de crédits consentis à la clientèle s’élèvent à 221 milliards de FCFA contre 179 milliards de FCFA en 2008, soit un taux de croissance de 23%. La progression est notable sur les engagements à court et moyen termes.

L’effort de mobilisation des ressources a été plus probant sur les segments des ressources faiblement rémunérées et des dépôts à vue. Les comptes épargnes ont par exemple été mobilisés à hauteur de 74 milliards de FCFA contre 58 milliards de FCFA en 2008, soit une progression de 26%.

Les crédits moyen terme ont par exemple évolué de 35%, passant de 52 milliards de FCFA en 2008 à 70 milliards de FCFA en 2009.

Les créances en souffrance brutes s’établissent à 7 milliards de FCFA contre 10 milliards de FCFA en 2008 et représente ainsi 3% des créances saines. La baisse

Au cours de l’exercice, la banque a également procédé au renforcement de ses fonds propres, par le biais d’une augmentation de capital. Le capital nominal a ainsi été augmenté de 7 milliards de FCFA et est maintenant de 13 855 700 000 FCFA. Les fonds propres s’en trouvent renforcés, passant de 15.5 milliards de FCFA en 2008 à 22.3 milliards de FCFA.

La croissance moyenne annuelle du bilan ressort à 24% sur la période 2005-2009

Bilan en millions de FCFA

Ecobank Côte d’Ivoire

Rapport annuel 09

9

Document info
Document views50
Page views50
Page last viewedSat Dec 03 05:30:46 UTC 2016
Pages23
Paragraphs1969
Words13984

Comments