X hits on this document

82 views

0 shares

0 downloads

0 comments

27 / 36

L’analyse des risques des hedge funds a permis de distinguer trois principaux types de risques : les risques liés à l’opacité, le risque de contrepartie lié aux prime brokers (levier financier) et enfin les risques de liquidité liés au crédit structuré.

Le manque de transparence

Les risques liés à l’opacité des stratégies et l’absence de divulgation de reporting représentent des risques cachés dus aux hypothèses de normalité et aux biais de représentation des hedge funds . Ces risques impliquent une régulation qui vise à améliorer la transparence et à imposer des divulgations d’informations à la fois aux investisseurs, aux prime brokers et aux superviseurs. Le caractère contraignant de ces divulgations est crucial dans la mesure où de telles divulgations permettraient de faire baisser les biais de reporting. Les bases de données seraient plus complètes et plus fiables. De même, il s'agit d'un argument de bien public qui permettrait d'augmenter le bien être social. Ces révélations d’informations permettraient à chacun de jouer son rôle en matière de gestion des risques en facilitant le monitoring des hedge funds individuels. Elles constituent une condition à une discipline de marché efficace. Dans cette optique, plusieurs recommandations ont été émises comme celle de rendre obligatoire l’enregistrement des managers auprès des régulateurs ou encore celle qui contraignent les parties prenantes (les gérants de hedge funds, les prime brokers…) à divulguer de l’information de façon privée ou/et publique.

L’enregistrement obligatoire auprès du régulateur est effectif au Royaume-Uni (FSA) mais ne l'est pas vraiment aux Etats-Unis. S’il constitue un premier contrôle de moralité du gérant et s’il autorise des enquêtes pendant la durée de l’activité, il reste une condition nécessaire mais pas suffisante. Très souvent, les investisseurs font appel à des services de détectives privés (cf. entretiens) pour approfondir ce premier contrôle qui représente un coût supplémentaire directement affecté à l’investisseur. La preuve de l’honnêteté du gérant est déterminante quand on sait combien la confiance est à la base même du contrat liant l’investisseur à son hedge funds manager. Il y a donc une présomption de malhonnêteté systématique chez les gérants de hedge funds. Le système de la SEC, en obligeant les petits fonds à se faire enregistrer et non les plus gros, pénalise les petits. Or ce sont justement ceux avec qui les investisseurs ont intérêt à conclure des contrats de partage des profits liés à des stratégies de long terme comme on va dans la dernière partie de cet article. L’enregistrement leur impose des exigences réglementaires qui s’avèrent plus coûteuses que pour un fonds ayant atteint une taille critique. Il serait plus logique de rendre obligatoire cet enregistrement pour les plus gros hedge funds plus susceptibles d’avoir un impact systémique.

En matière de divulgation privée , on distingue trois recommandations qui vont aussi dans ce sens : la divulgation d’informations des prime brokers aux régulateurs (expositions hedge funds par hedge funds puis de toute leur clientèle en fonction des différentes catégories de risques), la divulgation d’informations des hedge funds aux prime brokers (indicateurs quantitatifs/qualitatifs de la valeur liquidative d’un hedge fund, expositions au risque et sa liquidité…) ou encore la divulgation d’informations des hedge funds aux autorité de régulation (positions et informations produites par leurs systèmes de gestion de risques…).

Par ailleurs, toutes les recommandations qui consistent à mettre en place des standards minimum de divulgations par définition non volontaires ne seraient constituer des conditions d’une discipline de marché efface permettant le monitoring effectif des hedge funds. En effet, on devine les limites d’une divulgation privée volontaire entre le gérant et les investisseurs (contractualisation de la transparence) qui sont souvent fixées de manière discrétionnaire par

27

Document info
Document views82
Page views82
Page last viewedWed Dec 07 14:47:39 UTC 2016
Pages36
Paragraphs968
Words15286

Comments