X hits on this document

74 views

0 shares

0 downloads

0 comments

3 / 36

l’industrie des hedge funds est partie prenante. De quoi relancer le débat sur les hedge funds et donner du grain à moudre aux partisans d’une réglementation plus stricte.

L’absence de contrainte dans le champ des investissements, la multiplicité des stratégies et le dopage des rendements par le levier sont les caractéristiques les plus structurelles des hedge funds. Elle s’explique en grande partie par le cadre réglementaire1 des hedge funds combinant une régulation indirecte très incomplète via les prime brokers et une discipline de marché qui s’appuie sur la promotion des standards de bonnes conduite non contraignants par définition. Cette faiblesse du cadre réglementaire se justifie par des arguments à la fois théoriques et structurels qui sont aujourd’hui réfutables. En effet, depuis quelques années, on assiste à un changement structurel des marchés financiers qui tend à infléchir ces justifications d'une régulation allégée. De plus, la crise du crédit de l’été 2007 a révélé les dysfonctionnements des chaînes de la titrisation. Elle permet de poser la question sur la transmission du risque systémique par ces fonds spéculatifs en situation de stress. Le fait qu’ils soient porteurs de risques cachés qui se réalisent par des pertes extrêmes en de rares occurrences est une caractéristique qui explique la sous-estimation largement répandue de la propagation des risques par les hedge funds.

Avant de préciser les conditions d’une amélioration de la réglementation des hedge funds, nous commencerons par rappeler les caractéristiques des hedge funds puis par résumer les principaux résultats empiriques sur l’évolution de cette industrie en mettant l’accent sur le changement structurel des marchés financiers dans une première section. Nous examinerons les risques spécifiques aux hedge funds et leur vulnérabilité au risque systémique en relation avec le marché du crédit structuré dans une seconde section. Nous discuterons ensuite les recommandations des instances professionnelles et des institutions publiques selon la grille fournie par la cartographie actualisée des risques des hedge funds dans une troisième section. Enfin, nous indiquerons en conclusion les directions qui devraient être approfondies par les régulateurs et décideurs politiques dans une quatrième section.

I.Principaux résultats des études empiriques ou comment les hedge funds sont devenus des acteurs à enjeux systémiques 

Les hedge funds semblent avoir une place à part au sein du paysage de la gestion actifs dans la mesure où il n'existe aucune définition légale et encore moins universelle. Il est donc nécessaire d’utiliser un ensemble de caractéristiques pour les définir. En résumé, on pourrait dire que le hedge funds est en principe géré par un general partner qui combine des stratégies2 long short très variées3  (avec une liberté absolue), un trading très actif, du levier via les marchés dérivés, dans le but de réaliser une performance absolue, le tout dans un cadre

1 Il convient de préciser qu’il s’agira essentiellement de la réglementation des gérants/sociétés de gestion des hedge funds et non des fonds eux-mêmes qui sont majoritairement domiciliés dans des places offshores.

2 Si le nombre de stratégies et la nature des stratégies déployées par les gérants des hedge funds continue de croître, on distingue une vingtaine de stratégies qui peuvent être classées en trois catégories : l’arbitrage, la gestion dite event-driven liées à des événements et enfin la gestion directionnelle. Les stratégies les plus courantes en 2007 sont les multi-stratégy (30.6%), Long short equity (23.2%) et even driven (13.3%).

3 Vente à découvert qui permet de faire des profits sur des paris à la baisse.

Document info
Document views74
Page views74
Page last viewedMon Dec 05 16:50:56 UTC 2016
Pages36
Paragraphs968
Words15286

Comments