X hits on this document

109 views

0 shares

0 downloads

0 comments

8 / 36

Figure 1 - Origine des apports de hedge funds (2005)

Source : EVCA/PWC/Thomson Financial.

En dépit de la crise financière qui va sans doute conduire à une remise en ordre de la titrisation des crédits, l’essor des fonds d’investissement profite d’une mutation structurelle et d’une complexification du système financier. Autrement dit, les hedge funds vont faire partie du paysage financier pour un certain temps. D’où le débat réglementaire des hedge funds relancé.  La réglementation actuelle n’intègre pas ces changements structurels et encore moins les risques de nature nouvelle qui leur sont liés.

3.

La discipline de marché et la réglementation indirecte

Jusqu’à présent, les régulateurs étaient plus ou moins unanimes pour reconnaître les apports des hedge funds aux marchés financiers et à l’économie au sens large, en améliorant l’efficience des marchés financiers et en fournissant de la liquidité en période de crise financière mais aussi en termes d’innovations financières (Daníelsson et al. (2006). « Grâce à leurs approches d’investissement souples et à leur utilisation intensive d’instruments financiers innovants, ils ont contribué à améliorer le processus de formation des cours sur les marchés financiers. Un mécanisme plus efficace de formation des cours améliore l’efficience de l’allocation du capital, ce qui est particulièrement bienvenu sur les segments de marché dominés par quelques grandes banques commerciales et banques d’investissement, à l’image du marché des dérivés de crédit. Le risque peut être beaucoup plus largement transféré qu’auparavant. Toutes les catégories de risques sont aujourd’hui couramment déconstruites, reconstituées puis transférées vers les intervenants disposés à les supporter au moindre coût possible. Les investisseurs trouvent ainsi de nouvelles opportunités de diversification » (FSF, Hildebrand, 2007). Les hedge funds participeraient ainsi à l’innovation financière dans la mesure où ils utilisent les nouveaux produits financiers complexes qui permettent de disperser les risques à travers les participants du marché.  

En conséquence, les régulateurs considéraient qu’une réglementation directe n’était pas adaptée à ce type de fonds, voire contre-productive. Le consensus s’est donc porté d’une part sur une réglementation indirecte (via leurs contreparties que sont les prime brokers et les opérations sur les marchés réglementés des actions/obligations) et d’autre part sur la

Document info
Document views109
Page views109
Page last viewedThu Jan 19 21:49:14 UTC 2017
Pages36
Paragraphs968
Words15286

Comments