X hits on this document

100 views

0 shares

0 downloads

0 comments

4 / 36

Ce qui correspond à 10% d’augmentation d’impôts cela n’apparaît pas acceptable dans le contexte économique actuel. La hausse de la fiscalité est donc proposée à +2% pour la Taxe d’habitation que tous les Langonnais paient, idem pour le Foncier non bâti (dont la progression est liée à la TH) et de 4,5% pour le foncier bâti. Cette hausse indispensable n’apportera qu’une recette supplémentaire modeste et bien inférieure, aux besoins précisés ci-dessus, de 106.000 euros.

Il faut préciser que si les taux d’imposition de la commune de Langon étaient identiques au taux moyen 2007 des communes du département de Gironde le produit fiscal obtenu serait de 3.526.000 euros au lieu de 2.921.000 euros cette maîtrise forte de la fiscalité avec des impôts nettement inférieur à ceux des autres communes entraîne un manque de recettes de plus de 604.000 euros.

On constate donc que le sérieux et la volonté politique constante depuis plusieurs années de ne répercuter que le plus faiblement possible, les charges sur les contribuables langonnais sont  fortement remis en cause par l’Etat qui, on ne peut que le constater, sanctionne par une baisse de ces dotations une commune qui a su toujours adopter une politique budgétaire vertueuse et une fiscalité raisonnable.

B - les Dépenses :

Pour ne pas faire porter tous les efforts sur les contribuables, la commune a donc du ajuster ses dépenses de fonctionnements et d’investissements à ses capacités nouvelles en raison notamment de la disparition des marges qu’elle avait su se créer et qui ont été fortement réduites par l’Etat.

Car il faut rappeler que les baisses successives de la DGF et des allocations compensatrices s’amplifient année après année, la recette manquante 2008 s’ajoute à la recette manquante de 2007 et ainsi de suite reportant sur le contribuable langonnais, les économies réalisées par le budget de l’Etat.

Une fois dotées, les dépenses obligatoires ou celles liées à des engagements antérieurs ou encore celles nécessaires au maintien et à l’entretien courant du patrimoine communal, les autres crédits de fonctionnement, sauf besoin particulier, ont été maintenus au même niveau que pour l’exercice précédent.

Les subventions de fonctionnement aux associations seront donc maintenues au même niveau que l’an passé car nous ne voulons pas non plus faire porter le désengagement de l’Etat sur le secteur associatif.

La politique sociale reste surtout en cette période d’accroissement des difficultés sociales et de vieillissement de la population, un axe fort de l’action communale, le budget du CCAS qui pendant plusieurs exercices a été équilibré en reprenant les excédents antérieurs dégagés en plus des subventions de la commune doit être équilibré maintenant par une augmentation sensible de la subvention communale, les excédents ayant été absorbés.

Le budget de fonctionnement 2007 avait été voté en équilibre à 9.576.000 euros en 2008, il sera réduit à 9.310.000 euros principalement par une baisse du virement à la section d’investissement de 200.000 euros rendu obligatoire par la baisse des dotations.

Mes chers collègues voilà ce que je voulais vous dire sur les grandes lignes de ce budget et à présent je laisse la parole à Philippe Plagnol qui va vous développer les différents fonctionnements.

Philippe PLAGNOL : Du fait des calendriers des élections, des réunions ont eu lieu très rapprochées sur la présentation du D.O.B. puis ensuite la commission des Finances, je ne sais pas si c’est très utile car l’immense majorité de l’assemblée était présente donc avant

Document info
Document views100
Page views100
Page last viewedThu Dec 08 09:55:57 UTC 2016
Pages36
Paragraphs1026
Words15547

Comments