X hits on this document

72 views

0 shares

0 downloads

0 comments

11 / 37

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)11

protestants, 11% catholiques, 2% juifs, 10% autres et que 35% se déclarent « sans religion 12 ».

Pour V. Vaillancourt 13 et A. Kubiak 14, le NA serait une forme de religiosité postmoderne. Vaillancourt établit plusieurs liens entre le courant « affirmatif » de la pensée postmoderne et le NA : individualisme, création d'une vérité personnelle, choix de valeurs et de croyances illimitées, anti-institutionnalisme, nouvelle vision de la tradition et primauté de il expérience représentent, selon elle, des points de correspondance entre les deux phénomènes. La sociologue va encore plus loin en affirmant que le mouvement serait révolutionnaire. Ce que V. Vaillancourt désigne comme des « qualités » révolutionnaires du NA feraient en sorte que ce dernier serait difficile à définir dans le cadre de la modernité, puisqu'il serait antimoderniste, à la fois une critique et une réaction contre un monde moderne perçu comme défaillant. Pour Vaillancourt, le NA n'est pas une reconstitution contemporaine de la gnose antique et de l'ésotérisme ancien ni une recomposition des grandes traditions religieuses, comme certains auteurs le soutiennent, mais il représenterait plutôt la première tentative de création d'une « religion postmoderne ». L'objectif du NA, tout comme celui du postmodernisme, serait de transcender la modernité au moyen de la subjectivité individuelle au détriment de l'objectivité rationaliste des Lumières. De son côté, Kubiak relève six caractéristiques du NA qui sont l'expression d'une culture postmoderne : le manque de définition du sujet et ses limites dans le temps et l'espace, la mouvance et l'imprévisibilité du réseau, l'effacement des oppositions entre la culture populaire et la culture intellectuelle et entre la science et la religion, l'holisme et le principe féminin, l'objectif de la transformation de la conscience et, finalement, l'autonomie des différents éléments du réseau les uns par rapport aux autres.

12 lbid., pp. 187-188.

13 V. Vaillancourt, Challenging Modernity : The New Age Movement as a Form of Postmodern Religiosity, Senior Sociology thesis. Vassar College, New York, 1993.

14 A. Kubiak, « Le Nouvel Âge, conspiration post-moderne », Social Compass, vol. 46, no 2, juin 1999, p. 135-143.

Document info
Document views72
Page views72
Page last viewedSat Dec 03 13:46:08 UTC 2016
Pages37
Paragraphs314
Words12085

Comments