X hits on this document

91 views

0 shares

0 downloads

0 comments

23 / 37

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)23

Reste à savoir si le NA peut s'incarner en tant que mouvement social et culturel. La réponse n'est pas toujours évidente, mais elle est, malgré les paradoxes qui l'habitent, affirmative. Les individus qui peuvent être rattachés à cette dimension sont paradoxalement les moins « engagés » sur le plan personnel. En effet, aucune volonté de croissance personnelle (comme dans le courant biopsychologique) n'est requise et il n'est pas nécessaire de s'engager envers un groupe ni de professer des croyances particulières (comme dans l'ésotérico-occultisme). En revanche, on y est beaucoup plus politisé concernant des questions globales, comme la protection de l'environnement ou l'abolition de l'énergie nucléaire. Le sentiment d'avoir de grands idéaux universels, même s'ils sont parfois vagues, est commun à un très grand nombre d'individus disparates dans le réseau du nouvel âge.

C. La dimension ésotéro-occultiste

La troisième dimension est qualifiée d'« ésotéro-occultiste » parce qu'elle a ses racines dans une réinterprétation de ces deux doctrines anciennes, en s'inspirant parfois d'une version ésotérique du christianisme. Il s'agit d'un courant où les petits groupes sectaires sont plus nombreux à cause de ses racines historiques et d'une idéologie qui est souvent d'orientation magique ou initiatique, voire exclusiviste. Cette dimension correspond à ce que certains auteurs appellent la « nébuleuse mysticoésotérique » dans laquelle gravitent trois grandes sous-dimensions : gnostique, ésotérique et occulte.

La gnose

Retour à la table des matières

La gnose est l'une des plus anciennes idéologies dont s'inspire le mouvement du NA. On dit que la gnose est « éternelle » parce que ses principes se sont constamment manifestés dans l'histoire sous la forme d'une multitude de mouvements et de groupes gnostiques qui n'ont souvent pas d'autre lien entre eux que le principe même de la gnose. En vertu de ce principe, la libération de l'esprit humain n'est possible que par la connaissance de soi et des lois cosmiques.

Bergeron 36 affirme que la gnose n'est pas un savoir acquis par la raison discursive, mais plutôt un savoir intuitif. Il est donc impossible de remettre

36 R. Bergeron, Le cortège des fous de Dieu, Montréal, Éditions Paulines, 1984, pp. 260-271.

Document info
Document views91
Page views91
Page last viewedThu Dec 08 08:48:38 UTC 2016
Pages37
Paragraphs314
Words12085

Comments