X hits on this document

71 views

0 shares

0 downloads

0 comments

25 / 37

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)25

L'ésotérisme

Retour à la table des matières

De tous les mouvements précurseurs du NA, l'ésotérisme serait celui qui a exercé la plus grande influence sur les disciples de la « conspiration du Verseau ». Selon Antoine Faivre, l'ésotérisme est « une forme de pensée identifiable par la présence de six caractères fondamentaux ou composantes, distribués selon un dosage variable à l'intérieur d'un vaste contexte historique et concret 39 ». La première composante essentielle serait la correspondance entre tous les aspects de l'univers, visibles ou invisibles, dans un cosmos complexe, multiforme et hiérarchisé. La deuxième caractéristique serait la nature vivante, c'est-à-dire la croyance dans l'idée que la nature recèle une révélation et qu'elle en donne des signes qui peuvent être déchiffrés par l'initié. Une troisième caractéristique est l'affirmation que l'imagination et la méditation sont des outils permettant de voir la correspondance entre les choses et qu'elles donnent accès à la connaissance de soi. La dernière composante essentielle de l'ésotérisme est l'expérience de la transmutation, qui consiste en un processus en trois étapes (purgation, illumination, unification) qui amène l'individu à une seconde naissance dans laquelle il ne sépare plus la connaissance et l'expérience intérieure. Il y a aussi deux autres éléments que Faivre considère comme importants, mais non essentiels, soit les pratiques de concordance et de transmission. Dans le cas de la concordance, il s'agit de trouver des dénominateurs communs dans les diverses traditions religieuses, dans le but de créer ultérieurement une super-gnose. Quant à la transmission des connaissances ésotériques, pour qu'elle soit valide, il faut qu'elle s'appuie sur la tradition et que l'initiation de l'adepte soit faite par un maître reconnu.

Au XXe siècle naissent des mouvements qui se situeront, toujours selon Faivre, dans le sillage de l'ésotérisme : le guénonnisme de René Guénon (1886-1951) qui prône le retour à la tradition primordiale, le martinisme (ce dernier ayant ensuite éclaté en plusieurs sous-groupes très divers) et l'ordre rosicrucien AMORC (Ancien et Mystique Ordre Rosae Crucis), fondé en 1915 par Harvey Spencer Lewis, qui est le premier mouvement de masse de l'histoire de l'ésotérisme occidental. Très actif au Québec, l'AMORC est toujours présent dans les Salons du nouvel âge de Montréal. Mais il ne reste cependant qu'une manifestation parmi tant d'autres du NA. Selon Faivre, Paul Le Cour, qui a fondé l'association Atlantis et la revue du même nom en 1927, a été un des premiers à

39 A. Faivre, L'ésotérisme, Paris. PUF, coll. « Que sais-je ? », 1993, p. 14.

Document info
Document views71
Page views71
Page last viewedSat Dec 03 00:35:50 UTC 2016
Pages37
Paragraphs314
Words12085

Comments