X hits on this document

83 views

0 shares

0 downloads

0 comments

27 / 37

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)27

contact avec l'au-delà. Le deuxième repose sur la nécessité de donner une certaine crédibilité à cette croyance en récupérant une partie du discours scientifique. Le troisième consiste dans la volonté de créer la première véritable religion populaire, pour ne pas dire populiste. Selon Ladous 45, le NA serait un essai pour structurer des groupuscules spontanés en une institution de type millénariste.

Du côté des États-Unis, on trouve aussi dans ce courant des porte-parole autour desquels s'organisent des petits groupes religieux, comme Ruth Montgomery, une journaliste de religion méthodiste, qui affirme recevoir des messages de l'au-delà par le biais de l'écriture automatique, ou José Arguelles qui soutient que l'on peut éviter la fin du monde en liquidant le paradigme scientifique et matérialiste. Il prédit le retour imminent du Christ et déclare que le NA va débuter en l'an 2012 !

Pour sa part, la Société théosophique (ST) serait formée d'un amalgame de féminisme, de religion hindoue et de franc-maçonnerie 46. Fait a souligner, il n'y a pas de doctrine formelle ni d'étapes d'initiation dans la ST, à l'instar du NA ; cependant, elle est plus organisée que ce dernier. La ST est aujourd'hui implantée dans la plupart des pays occidentaux et connaît un rayonnement considérable depuis le début du XXe siècle. Elle compte de nombreux adeptes un peu partout dans le monde.

Telles sont les principales doctrines qui ont influencé et influencent encore le courant ésotéro-occultiste du NA. On peut se demander si le NA est une conséquence historique des mouvements et groupes religieux énumérés ci-dessus. En fait, presque tous les auteurs s'entendent pour dire que le NA est plutôt un amalgame diffus de ces divers mouvements. S'il puise son origine dans plusieurs traditions souvent millénaires, ses véritables précurseurs ne seraient apparus qu'au XIXe siècle.

45 R. Ladous, Le spiritisme, Paris, Cerf/Fides, 1989.

46 M.-F. James, ouvr. cité, p. 94.

Document info
Document views83
Page views83
Page last viewedMon Dec 05 05:06:50 UTC 2016
Pages37
Paragraphs314
Words12085

Comments