X hits on this document

92 views

0 shares

0 downloads

0 comments

28 / 37

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)28

D. La dimension biopsychologique

Retour à la table des matières

La quatrième et dernière dimension de la typologie du nouvel âge que je propose est dite biopsychologique, car elle s'articule essentiellement autour des aspects biologiques et psychologiques de l'être humain, et ce toujours dans la perspective d'une quête spirituelle personnelle. Aujourd'hui, l'emprise quasi absolue qu'a la médecine sur la santé, la vie et la mort des individus est fortement remise en question par les personnes ayant des affinités avec le courant biopsychologique du NA. Cette tendance se caractérise par une approche holistique de la santé, souvent en opposition avec l'approche biomédicale dite « traditionnelle » ou en réaction contre celle-ci. Selon la sociologue Damiani, l'émergence, au Québec à tout le moins, d'un réseau de santé holistique serait reliée à une « crise » de la médecine scientifique pratiquée dans les hôpitaux du Québec 47.

D'après l'auteure, trois facteurs expliqueraient cette « crise » de la médecine scientifique au Québec et en Occident. Le premier est l'incapacité de la médecine moderne à venir à bout des grandes maladies de la fin du XXe siècle, comme le sida, les maladies cardiovasculaires et plusieurs autres types de maladies chroniques, telles que les maladies psychosomatiques. Un deuxième facteur vient de ce que le modèle du corps conçu comme une machine sur lequel se fonde la médecine contemporaine empêcherait cette dernière de « saisir les dynamiques inhérentes à l'être humain » et de tenir compte du rapport de ce dernier à son environnement naturel et social. Mais le facteur le plus intéressant relevé par la sociologue est que l'institutionnalisation de la médecine aurait entraîné un phénomène de médicalisation des problèmes sociaux. Dans ce contexte, la médecine serait devenue une force sociale qui impose sa vision de la santé conformément à une conception cartésienne derrière laquelle se cacheraient des intérêts de classe. Cette médicalisation aurait conduit toute la société à une interprétation biomédicale et psychologisante de problèmes jadis perçus comme moraux ou religieux.

47 C. Damiani, La médecine douce, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1995, p. 15.

Document info
Document views92
Page views92
Page last viewedThu Dec 08 16:57:28 UTC 2016
Pages37
Paragraphs314
Words12085

Comments