X hits on this document

79 views

0 shares

0 downloads

0 comments

29 / 37

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)29

La philosophie holiste en santé s'est construite en réaction contre le modèle corps-machine, parce qu'elle pose que « I'expérience du malaise est révélatrice de vérités qui sont somatisées par le corps 48 ». On pourrait dire que la santé, dans une perspective holistique, se passe essentiellement dans la tête de l'individu concerné qui devient le principal responsable de sa guérison, le praticien holistique n'étant qu'un « guide ». Selon cette doctrine, la réalisation personnelle et collective de l'individu influe sur sa participation à l'acte thérapeutique. Les praticiens holistes se seraient donc emparés d'un vaste champ inexploré par la médecine : celui des « rapports d'interdépendance entre la psyché et le biologique 49 ».

Selon une enquête menée en 1992 par le Groupe Multi Réso pour le compte du ministère de la Santé et des Services sociaux, 45% des Québécois ont déjà eu recours à des thérapies alternatives, comparativement à 49% des Français et 53% des Allemands 50. Selon une enquête du gouvernement du Québec, il existe quatre grandes catégories de pratiques holistiques en santé : la pratique « spirituelle et psychologique » qui comprend les religieux, les guérisseurs, les psychiques et les mystiques qui utilisent des techniques psychologiques telles que l'imagerie mentale ; la pratique « nutritionnelle » qui recommande des plantes, des vitamines et des régimes alimentaires spéciaux ; la catégorie des « drogues » qui englobe les praticiens qui prescrivent des produits chimiques ; la dernière catégorie correspond aux traitements qui utilisent des appareils ou « diverses techniques de massage 51 ». Toutes ces pratiques se retrouvent dans les trois sous-dimensions : les thérapies holistes, le mouvement du potentiel humain et les « religions de guérison ».

Les thérapies holistes

Retour à la table des matières

Les thérapies holistes correspondent aux médecines « alternatives », ainsi appelées parce qu'elles sont en opposition avec les médecines « traditionnelles ». L'expression thérapies holistes, que définit clairement Damiani, m'apparaît la plus pertinente pour la construction de ma typologie :

Les thérapies holistes se définissent comme un ensemble de pratiques de soins fondées sur l'approche alternative holiste en santé, centrées sur la stimulation des potentiels

48 Ibid., p. 87.

49 Ibid., p. 94.

50 A. Aboubacar, « Quelques caractéristiques des utilisateurs et non utilisateurs des médecines alternatives au Québec », Dire, vol. 4, no 2, hiver 1995, p. 13.

51 Ibid., p. 12.

Document info
Document views79
Page views79
Page last viewedSun Dec 04 19:23:23 UTC 2016
Pages37
Paragraphs314
Words12085

Comments