X hits on this document

734 views

0 shares

0 downloads

0 comments

100 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)100

fut mise en rapport avec le nombre de délits que les répondants reconnaissaient avoir commis, on découvrit que la délinquance variait inversement avec l'adhésion aux normes (Biron, 1977 ; Caplan, 1978 ; Biron et Cusson, 1979). Plus un adolescent désapprouve la délinquance d'autrui, plus il aura tendance lui-même à respecter la loi. De toutes les variables mesurées au cours de cette recherche, l'adhésion aux normes était, de loin, celle qui était la plus fortement en corrélation avec la délinquance. Les convictions morales des adolescents ne sont pas des idées dissociées du réel, au contraire, elles informent l'action.

Des résultats allant dans le même sens furent trouvés par d'autres chercheurs. Hindelang (1970 et 1974), à l'occasion de deux opérations de recherche distinctes, observa lui aussi des relations significatives entre le fait de commettre un délit et le degré d'approbation-désapprobation de cet acte : les délinquants désapprouvent moins que les autres les infractions qu'ils commettent.

En Floride, Chiricos et ses collaborateurs (1977) constatèrent qu'il y avait de très fortes corrélations négatives entre les réponses affirmatives à la question : « Est-il toujours mal de voler ? » et le nombre d'actes délinquants avoués. En Angleterre, Belson (1975) avait présenté à 3 113 garçons de Londres une liste de différents types de vols en leur demandant de dire s'ils jugeaient chacun de ces actes « très mal », « assez mal », « légèrement mal », « pas très mal » et « assez bien » (« quite all right »). Encore là, les résultats démontrèrent de façon concluante que, plus un garçon condamne le vol dans ses diverses manifestations, moins il se livre au vol.

La convergence est remarquable. On peut donc affirmer que l'adolescent qui se permet de violer les lois n'a pas de convictions morales très fortes ou en a qui l'incitent à approuver le vol et la violence.

Il est cependant permis de penser que la causalité ne joue pas a sens unique. Les corrélations rapportées sont suffisamment fortes pour laisser croire à un effet réciproque de l'adhésion à la norme sur la délinquance et de cette dernière sur l'adhésion à la norme. L'adolescent qui ne condamne pas le vol sera conduit, de ce fait, au

Document info
Document views734
Page views734
Page last viewedSun Dec 04 11:01:13 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments