X hits on this document

1062 views

0 shares

0 downloads

0 comments

106 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)106

L'influence des délinquants

Si on admet que les délinquants ne possèdent pas leur propre système de normes et de valeurs, on est obligé de rejeter la proposition centrale des culturalistes selon laquelle les sous-cultures transmettent des normes criminelles à leurs membres. Est-ce à dire que les délinquants n'ont pas d'influence criminogène sur leurs camarades ? Non. Car une série impressionnante de faits permettent de conclure que la fréquentation d'individus adonnés au crime peut conduire quelqu'un à violer la loi. Ces faits sont les suivants.

1. La criminalité a tendance à se concentrer dans certaines zones urbaines et à y rester élevée au fil des années. Cette observation avait été faite à Chicago par Shaw et McKay (1942) et, depuis, elle a été refaite ailleurs par un grand nombre de chercheurs. Ce phénomène nous autorise à supposer que, dans les secteurs de forte criminalité, les solutions délinquantes se transmettent d'un individu à l'autre et d'un groupe d'âge à l'autre.

2. La plupart du temps, les adolescents commettent leurs délits en compagnie d'un ou de plusieurs complices. On peut estimer à 80% le nombre d'adolescents arrêtés par la police pour vol qui profitent de la complicité d'au moins un camarade (Shaw et McKay, 1942 ; Fréchette et Le Blanc, 1978, p. 134).

3. Les individus qui fréquentent des délinquants ont tendance à commettre des délits eux-mêmes. En 1950, les Glueck avaient constaté que 98% des délinquants persistants de leur échantillon avaient des amis délinquants. Depuis, on a toujours trouvé de fortes corrélations positives entre le nombre de délits commis par un jeune et le nombre d'amis délinquants (Short, 1957 ; Reiss et Rhodes, 1964 ; Hirschi, 1969, p. 99 ; West et Farrington, 1973, p. 49 ; Belson, 1975, pp. 236-237 ; Le Blanc et Biron, 1980, p. 83).

4. La tendance à admettre qu'on commettrait divers délits si la tentation était forte varie directement avec la fréquentation de délinquants (Tittie, 1980, p. 188).

Document info
Document views1062
Page views1062
Page last viewedWed Jan 18 00:15:16 UTC 2017
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments