X hits on this document

862 views

0 shares

0 downloads

0 comments

111 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)111

Deuxième partie : La morale

Chapitre 7

LE CONTRÔLE MORAL DE LA DÉLINQUANCE

Retour à la table des matières

Les faits présentés au chapitre précédent ont mis en évidence le caractère insatisfaisant de la théorie des sous-cultures. Ce n'est donc pas par hasard si, depuis quelques années, cette notion est discréditée aux yeux des spécialistes de la sociologie criminelle qui se tournent de plus en plus vers des théories centrées sur le concept de contrôle social. Ce changement de perspective conduit à des analyses que n'auraient probablement pas reniées les moralistes classiques. Le délinquant cesse d'être perçu comme un être qui se conforme aux normes de son groupe et il redevient un transgresseur. La cause du délit cesse d'être cherchée dans l'éthique des sous-cultures, on la cherche plutôt dans l'affaiblissement de convictions morales des individus et des groupes. Cependant, les théories contemporaines se distinguent des analyses classiques par l'importance qu'elles accordent à l'influence régulatrice de la société, ce qui explique pourquoi on les désigne par l'expression « contrôle social ». La paternité de cette notion peut être attribuée à Durkheim qui utilisait l'expression « contrainte sociale » pour mettre en relief le fait que la société impose son emprise à ses membres et les force, qu'ils le

Document info
Document views862
Page views862
Page last viewedThu Dec 08 08:48:05 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments