X hits on this document

785 views

0 shares

0 downloads

0 comments

112 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)112

veuillent ou non, à se soumettre aux règles du droit et de la morale.

Les théories du contrôle social

Les théories du contrôle social peuvent être résumées en cinq propositions.

1. Chaque individu possède les virtualités criminelles simplement parce que l'homme est un être de désir pour qui le crime peut être un expédient commode, un moyen facile de résoudre une foule de problèmes et d'assouvir certains besoins.

2. Pour tenir en échec ces pulsions perturbatrices, les sociétés imposent des règles aux individus et exercent une pression pour qu'ils s'y soumettent.

3. C'est cette pression que l'on désigne par l'expression contrôle social. On entend par là l'ensemble des moyens par lesquels les membres d'une société s'imposent les uns aux autres la conformité aux règles du jeu social.

4. Le contrôle social s'exercera d'autant plus vigoureusement sur un individu que celui-ci est fortement intégré à la société.

5. Quand on ne réunit pas les conditions nécessaires à l'exercice du contrôle social - notamment l'intégration au groupe - les pulsions antisociales des individus peuvent se manifester librement. On assiste alors à une recrudescence de la criminalité.

En 1969, Hirschi publiait un livre brillant qui eut un retentissement considérable sur la criminologie américaine. Dans cet ouvrage intitulé Causes of Delinquency, Hirschi présentait une formulation originale de la notion de contrôle social accompagnée d'une vérification empirique. La notion centrale de la théorie de Hirschi est celle de « lien » (bond), terme qui sert à désigner tout ce qui rattache l'individu à la société. Selon cet auteur, les adolescents commettent des actes délinquants parce que leur lien à la société s'est affaibli

Document info
Document views785
Page views785
Page last viewedMon Dec 05 17:16:37 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments