X hits on this document

710 views

0 shares

0 downloads

0 comments

114 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)114

L'intégration au groupe

Pour Durkheim, agir moralement ce n'est pas autre chose qu'agir en vue d'un intérêt collectif. On comprend alors l'importance de l'intégration au groupe ou, pour reprendre l'expression qu'il utilise dans L'Éducation morale, de l'attachement aux groupes sociaux. La soumission aux règles n'aurait pas de sens si on ne se sentait pas partie prenante d'une quelconque collectivité : « Pour que l'homme soit un être moral, il faut qu'il tienne à autre chose qu'à lui-même, il faut qu'il soit et se sente solidaire d'une société, si humble soit-elle » (Durkheim, 1923, p. 66).

L'intégration au groupe  25 peut être définie comme le fait, pour un individu, d'être incorporé à une unité sociale quelconque et d'en faire véritablement partie. Deux éléments constitutifs de l'intégration peuvent être ici identifiés : les relations qu'un individu entretient avec les membres du groupe et sa participation aux activités communes.

L'adolescent contemporain, sur lequel portent les recherches qui seront bientôt rapportées, passe une grande partie de son temps dans sa famille et à l'école. En outre, ces deux institutions ont un rôle essentiel à jouer dans la socialisation des futurs adultes. Il est donc logique de concentrer l'attention sur l'intégration des jeunes à la famille et à l'école.

S'il est vrai que l'intégration au groupe est un facteur qui rend possible l'influence régulatrice de la société sur un individu et que, dans le cas des adolescents, les relations avec les parents constituent une dimension importante de cette intégration, on est en droit de supposer que l'attachement aux parents varie inversement avec la

25 Il faut distinguer deux notions voisines : l'intégration de l'individu au groupe et l'intégration du groupe, laquelle peut être définie par l'intensité des interactions entre les membres du groupe et par le niveau de coopération au sein de ce groupe. C'est en ce sens que Durkheim (1897) écrivait : « Le suicide varie en raison inverse du degré d'intégration des groupes sociaux dont fait partie l'individu » (p. 223). L'intégration au groupe est une caractéristique individuelle qui porte sur les rapports qu'une personne entretient avec son groupe.

Document info
Document views710
Page views710
Page last viewedSat Dec 03 18:15:15 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments