X hits on this document

809 views

0 shares

0 downloads

0 comments

116 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)116

des individus aux groupes sociaux.

Le blâme

Selon toute vraisemblance, la soumission aux lois découle de l'intégration parce que cette dernière rend possible la communication entre l'individu et le groupe. Mais l'intégration apparaît comme une condition nécessaire, non suffisante. Il faut, en outre, que les exigences du groupe s'expriment. Pour que s'exerce l'action régulatrice de la société, l'individu doit savoir précisément ce qu'on attend de lui. Comment ? Pour Durkheim, c'est par le blâme. Cette réponse surprendra peut-être maints lecteurs. Aussi, pour en comprendre le sens, sera-t-il utile d'expliquer ce que le sociologue français avait à l'esprit.

C'est au terme d'une réflexion sur le rôle de la peine dans l'éducation morale que Durkheim en arriva à découvrir l'importance du blâme. La thèse de l'effet intimidant des peines lui inspirait de graves réserves. Il se refusait à admettre que la punition puisse agir en associant le peur à l'idée de faute. Quand on éduque par la peur, on ne fait que dresser, sans inculquer de conviction morale, sans donner de véritables penchants au bien. Dans ce cas, le ressort de la conduite morale est bien fragile, comme le montre le criminel qui apprend à surmonter sa peur. De même que la noyade est le risque qu'accepte de courir le marin, de la même manière, « la peine est le risque professionnel de la carrière du délinquant »(Durkheim, 1923, p. 136).

La véritable utilité de la peine est plutôt de préserver l'intégrité de la règle menacée par l'infraction. Car la faute risque d'être connue, et alors elle fait scandale. Elle mine la crédibilité de la règle, et elle suggère que celle-ci n'a plus cours. Il est donc essentiel de neutraliser l'effet démoralisant de l'infraction. Il faut montrer au coupable, et surtout à tout le groupe, que la règle est toujours la règle, « qu'elle a toujours droit au même respect, en dépit de l'offense dont elle a été l'objet » (Id., p. 140).

C'est précisément la fonction de la peine, au yeux du père de l'école sociologique française : contrecarrer l'action corrosive de

Document info
Document views809
Page views809
Page last viewedTue Dec 06 18:14:25 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments