X hits on this document

800 views

0 shares

0 downloads

0 comments

117 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)117

l'infraction, réaffirmer l'autorité d'une norme qui vient d'être violée et démontrer que l'on reste toujours attaché aux valeurs mises en cause par la transgression. Si une telle réaction ne venait pas, si on fermait les yeux devant la faute, cette manifestation de tolérance risquerait d'être interprétée comme le signe que plus personne ne tient à la règle. En l'absence d'une volonté déterminée de défendre la règle morale, on se croira autorisé de conclure qu'elle n'est plus en vigueur. C'est en ce sens que, la peine est un blâme, c'est-à-dire essentiellement la réprobation d'une faute destinée à maintenir vivaces les convictions morales des membres d'un groupe.

L'analyse durkheimienne nous permet de saisir la nature de l'influence morale. Elle repose, non sur la crainte, mais sur un processus de persuasion. Dans le domaine moral, on vise à convaincre autrui du caractère bon ou mauvais d'un acte. On agit sur le comportement par l'intermédiaire des notions de bien et de mal. Le blâme, comme toute évaluation morale, est un message et il n'exerce son influence que s'il « passe ». L'influence morale se distingue de la force en ceci que la persuasion et l'assentiment y sont des prérequis essentiels. Les hommes se soumettent aux jugements moraux parce qu'ils les considèrent comme vrais.

Le blâme dans l'éducation morale

Ainsi, à en croire Durkheim, c'est surtout par le blâme que s'expriment les attentes du groupe. Appliqué au domaine qui nous occupe, ceci pourrait vouloir dire que le blâme est nécessaire au contrôle social de la délinquance. Il semble donc légitime de formuler une hypothèse qui découle en droite ligne des analyses durkheimiennes. La délinquance sera moins fréquente là où elle est blâmée énergiquement. Là où on réprouve le vol et l'agression, les interdits conservent toute leur vigueur et, par conséquent, suscitent chez les gens un plus grand respect de la loi.

Les indications concernant le blâme parental. - Qui peut blâmer ? D'abord les parents. Si le blâme a un rôle quelconque à jouer pour tenir la délinquance en échec, on devrait pouvoir en déceler des indices dans la manière dont les parents réagissent aux incartades de

Document info
Document views800
Page views800
Page last viewedTue Dec 06 13:40:42 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments