X hits on this document

1068 views

0 shares

0 downloads

0 comments

124 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)124

Ainsi donc, l'intensité, et surtout la sévérité du blâme qui se manifeste dans une communauté à l'égard d'infractions diverses, a un effet régulateur important sur celle-ci et en particulier sur le pourcentage de jeunes qui y commettent au moins un délit 29.

L'intolérance d'une collectivité à l'endroit d'un acte déviant donné inhibe donc, chez ses membres, la tendance à poser cet acte. Dans un milieu intolérant, on hésite à transgresser la loi parce qu'on ne veut pas être mal vu de ses pairs et de ses amis. Cette interprétation est étayée par un fait rapporté par l'équipe de Chiricos (1977) : plus les adolescents s'attendent à être désapprouvés par leurs amis s'ils commettent un délit, plus ils respectent la loi. De même que l'intolérance d'une communauté pousse ses membres à marcher droit, de la même manière l'intolérance du groupe d'amis incite à éviter ce qu'il condamne.

Ceci nous apporte une explication supplémentaire au fait que les adolescents qui ont des amis délinquants ont tendance, eux aussi, à transgresser la loi. Par la force des choses, les délinquants sont très tolérants devant les infractions de leurs pairs. Donc, celui qui fréquente de tels individus vivra à l'abri du blâme. Cette inévitable indifférence morale aura un effet corrosif sur les convictions de ceux qui seront exposés à ce climat.

La dynamique du contrôle moral

Le blâme et l'intégration au groupe ressortent de notre analyse comme deux dimensions essentielles du contrôle social : le blâme exprime les convictions morales des membres du groupe et l'intégration rend l'individu réceptif à ce message. Pour assurer le

29 En d'autres termes, les corrélations négatives entre l'intolérance et la délinquance sont plus fortes quand cette dernière est mesurée par le nombre de jeunes qui commettent des délits que par le nombre moyen de délits. Ceci peut vouloir dire que de nombreux adolescents ne commettent aucun délit à cause du climat de réprobation qui règne dans leur communauté. Par contre, ceux qui sont insensibles au blâme collectif commettent de très nombreux délits. La quantité de ces délits influence fortement les moyennes et atténue la corrélation intolérance-délinquance.

Document info
Document views1068
Page views1068
Page last viewedWed Jan 18 02:21:05 UTC 2017
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments