X hits on this document

906 views

0 shares

0 downloads

0 comments

134 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)134

parce que leurs parents étaient exaspérés par leur conduite. Ceci dit, on peut penser que l'association joue aussi dans l'autre sens : les blâmes constants, les insultes et la mauvaise réputation amplifient les tendances à mal agir.

Cela se produit d'abord parce que l'accumulation des blâmes contribue à l'érosion du sens moral. Durkheim l'avait bien vu :

« En effet, tout châtiment, une fois appliqué, perd, par le fait même de son application, une partie de son action. Car ce qui fait son autorité, ce qui fait qu'il est redouté, c'est non pas tant la douleur qu'il cause que la honte morale qu'implique le blâme qu'il exprime. Or, ce sentiment de pudeur morale, qui protège contre les fautes, est des plus délicats. Il n'est fort, il n'est que tout entier lui-même, il n'a toute sa puissance d'action que chez les sujets où il n'a rien perdu de sa pureté première. On a dit souvent qu'une première faute en entraîne toujours d'autres. C'est qu'en effet on est moins sensible à cette honte, une fois qu'on l'a ressentie. La punition a donc ce tort très grand de froisser un des principaux ressorts de la vie morale, et de diminuer ainsi sa propre efficacité dans l'avenir » (Durkheim, 1923, p. 166).

Cette action dissolvante des sanctions sur le sens moral sera d'autant plus marquée qu'à la longue les blâmes se sont insidieusement transformés en mesures stigmatisantes, détruisant le sens de l'honneur de celui qui en est victime. Ayant perdu son sens de la dignité, il a, de ce fait, perdu la motivation essentielle à se conduire moralement.

La réprobation de l'acte, surtout si elle est fréquente, atteint inévitablement son auteur. Malgré toutes les distinctions que l'on fait dans les traités de pédagogie, comment condamner une conduite sans condamner son auteur ? Comment faire pour que celui à qui on s'adresse fasse la différence ? Il est difficile d'éviter que l'enfant trop souvent blâmé n'en conclue que les reproches s'adressent aussi bien à sa personne qu'à ses actes.

Document info
Document views906
Page views906
Page last viewedFri Dec 09 12:14:19 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments