X hits on this document

719 views

0 shares

0 downloads

0 comments

136 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)136

de mon destin de voleur et de vouloir » (p. 259). Mais il est clair que cette opération psychologique laisse des séquelles. Il n'est pas facile de résister à la déchéance et au mépris de tous : « Niant les vertus de votre monde, les criminels, désespérément, acceptent d'organiser un univers interdit » (p. 10). « Et j'avais la stupeur de me savoir composé d'immondices. Je devins abject » (p. 186).

On ne peut pas stigmatiser le crime tout en évitant de stigmatiser le criminel et ce dernier, une fois marqué par l'infamie, risque fort de s'enraciner dans le crime. C'est là l'inconvénient majeur de la morale comme mesure de contrôle social. Elle a son effet pervers, difficilement évitable. Empêchant un grand nombre de citoyens de commettre des crimes, elle en accule peut-être quelques-uns à s'y consacrer.

Document info
Document views719
Page views719
Page last viewedSun Dec 04 02:33:40 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments