X hits on this document

910 views

0 shares

0 downloads

0 comments

146 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)146

(p. 277) 34.

Le sens de l'honneur peut être considéré comme étant une autre source de la motivation morale. Nous agissons selon la règle parce que nous voulons conserver l'estime d'autrui et pour continuer à nous respecter nous-mêmes. En d'autres termes, les gens sacrifient leurs intérêts à court terme parce qu'ils y gagnent une bonne réputation et la satisfaction de soi.

On se garde de poser des actes immoraux par crainte de perdre son honneur, pour mériter le respect de ses contemporains. Les avantages que nous gagnons à avoir une bonne réputation sont évidents : peu d'entreprises humaines sont réalisables sans l'appui d'autrui et celui-ci ne nous sera accordé que si nous inspirons confiance. C'est en se conduisant moralement que nous devenons honorablement connus, nous ouvrant ainsi un crédit auprès de nos pairs.

En outre, on se conduit bien pour pouvoir continuer à se respecter, pour rester digne de sa propre estime. Chacun tient à être content de soi. Les hommes ont besoin de s'accepter et éprouvent une satisfaction certaine à se savoir ou à se croire bons, vertueux et honnêtes. L'amour-propre est une puissante motivation. Or, chez l'homme - être moral - l'amour-propre dépend pour une large part de la fidélité à ses propres valeurs. Maria Ossowka (1970, p. 54) définit ainsi la dignité (ou en d'autres termes, le sens de l'honneur) : « Caractéristique de ceux qui défendent les valeurs auxquelles ils adhèrent, dont le sentiment de la valeur personnelle dépend de la défense de ces valeurs et qui s'attendent à être respectés pour cette fidélité. »

L'homme qui possède la conviction que certaines conduites sont répréhensibles doit s'en abstenir s'il veut continuer à se respecter. Chez un être moral, la faute menace l'estime de soi, c'est-à-dire la

34 Il serait illégitime de conclure que parce que les règles morales sont archaïques et irraisonnées, elle sont inutiles. Il est, au contraire, probable que de telles règles aient eu un rôle essentiel à jouer dans la survie des groupes et des individus. HAYEK (1979, pp. 157-160) souligne que les règles traditionnelles se sont maintenues parce qu'elles favorisaient la perpétuation et l'expansion des sociétés qui les avaient adoptées. Une règle peut très bien être utile sans que celui qui la respecte soit conscient de cette utilité.

Document info
Document views910
Page views910
Page last viewedFri Dec 09 14:01:54 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments