X hits on this document

897 views

0 shares

0 downloads

0 comments

168 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)168

Troisième partie : La dissuasion

Chapitre 12

LA DISSUASION SPÉCIFIQUE EN CAUSE

Une thèse contestée

Retour à la table des matières

Les auteurs qui acceptent la thèse de la dissuasion générale restent, pour la plupart, fort sceptiques devant celle de la dissuasion spécifique. Ils pensent que, même si la menace des peines a un effet intimidant sur l'ensemble des citoyens, la peine elle-même n'en a pas sur le délinquant châtié (Tittle et Logan, 1973 ; Gibbs, 1975, p. 185 ; Van den Haag, 1975, p. 135 ; Nagin, 1978, p. 95). Il faut reconnaître que cette conviction est fondée sur deux indications assez sérieuses.

Premièrement, la récidive. Comment croire à la dissuasion spéciale quand on sait que 35%, 40%, 50%, et quelquefois plus, des délinquants punis récidivent ? Quand, en outre, on sait que des facteurs totalement indépendants de l'intervention poussent parfois les ex-détenus à s'éloigner de la voie du crime, on est en droit de s'interroger sur la dissuasion spéciale. Une chose est certaine : celle-ci est loin d'avoir une efficacité absolue.

Document info
Document views897
Page views897
Page last viewedFri Dec 09 04:25:32 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments