X hits on this document

822 views

0 shares

0 downloads

0 comments

200 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)200

Imaginons un instant que, dans la ville X, la police accroît substantiellement son taux d'élucidation des cambriolages et que, parallèlement, les juges décident de « ne plus donner de chance » à ceux qui pratiquent cette forme de vol. Qu'arrivera-t-il ? Cela se saura très vite dans les milieux que fréquentent les cambrioleurs. Car, à chaque fois que l'un d'eux sera mis en prison, ses amis, ses complices, ses connaissances l'apprendront et le diront à leur tour à leurs amis et à leurs connaissances. Ceci veut dire que les premiers concernés par la répression - les cambrioleurs actuels et potentiels - seront informés du fait que les peines sont devenues plus certaines qu'autrefois, alors que la majorité des citoyens resteront totalement ignorants de cette évolution. Devant ce fait nouveau, un certain nombre de cambrioleurs décideront d'arrêter, d'autres de n'agir que si les risques ne sont pas trop élevés - ils commettront alors moins de cambriolages -, d'autres, enfin, pourront se réorienter vers une forme de vol moins risquée. Résultat : on observe une baisse significative du taux de cambriolage.

Selon l'hypothèse de l'exemplarité restreinte, chaque arrestation a un effet intimidant d'abord sur les proches immédiats et ensuite, par le jeu du bouche à oreille, sur des cercles de plus en plus étendus de gens intéressés par cette information. Si les arrestations sont suffisamment nombreuses, nous aurons un grand nombre de cercles de personnes informées et bientôt toute la population-cible, les délinquants actuels et potentiels, sera touchée.

L'estimation des risques les délinquants sont-ils optimistes ?

Si le degré de certitude agit sur le crime, c'est qu'il affecte d'une manière ou d'une autre la perception que les délinquants potentiels ont de la peine. Si, par exemple, la certitude varie sans que le délinquant en soit informé, on ne voit pas comment elle pourrait avoir un effet, du moins dissuasif. Donc l'intermédiaire obligé entre la certitude objective de l'arrestation et le comportement criminel est la perception que les délinquants potentiels peuvent en avoir.

Document info
Document views822
Page views822
Page last viewedTue Dec 06 22:40:25 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments