X hits on this document

839 views

0 shares

0 downloads

0 comments

202 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)202

des non-délinquants 55. Il faut faire remarquer que les estimations des risques faites par les gens qui, au départ, ne sont pas tentés par le crime (probablement la majorité des non-délinquants) ne constituent pas une information pertinente : qu'ils croient les risques élevés ou non, cela ne changera rien, de toute façon, ils ne commettront pas de crime. Il faut donc considérer les délinquants et les délinquants potentiels, puis voir si leurs estimations des risques sont affectées par la certitude objective des peines et, enfin vérifier si cette dernière variable influence les taux de criminalité. Graphiquement, ceci pourrait être représenté de la façon suivante :

Deux propositions hypothétiques pourraient exprimer les relations présentées sur le graphique.

Plus la certitude objective de l'arrestation est élevée, plus les délinquants et les délinquants potentiels font une estimation élevée des risques.

Plus les délinquants actuels et potentiels font une estimation élevée des risques, plus les taux de criminalité sont bas.

Le réalisme des délinquants

55 PALMER (1977) propose l'exemple suivant. Si les salaires des réparateurs d'appareils de télévision s'élèvent, il y aura un plus grand nombre de gens qui vont s'engager dans ce métier. Cela n'implique pas que les gens qui deviennent réparateurs de TV sont plus nombreux que les autres à penser que les salaires seront très élevés dans ce secteur.

Document info
Document views839
Page views839
Page last viewedWed Dec 07 19:16:43 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments