X hits on this document

885 views

0 shares

0 downloads

0 comments

203 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)203

Il n'existe pas, à ma connaissance, de recherche qui permettrait de tester la validité des deux propositions qui viennent d'être formulées. Néanmoins certaines indications glanées ici et là permettent de penser qu'elles sont fort vraisemblables.

Pour qu'il existe un rapport entre la certitude objective et l'estimation que les délinquants en font, il faut que ceux-ci soient informés des fluctuations susceptibles de se produire au niveau des risques réels de l'arrestation. On peut penser que, effectivement, ils le sont. En tous les cas, ils ont une remarquable connaissance de la sévérité des peines. En Californie, des chercheurs ont comparé la connaissance que les prisonniers avaient des peines prévues par le Code pour différents crimes avec celle que le public en général en avait pour découvrir que les détenus avaient une connaissance bien plus précise des peines que les citoyens ordinaires (Zimring et Hawkins, 1973, p. 145).

On n'a pas fait de recherche portant directement sur la connaissance du risque réel d'arrestation, mais celles qui ont été réalisées sur l'estimation des risques nous autorisent à conclure que les délinquants ont une perception des risques plus juste que celle des non-délinquants. Que l'on considère simplement les chiffres suivants. En France, le taux d'élucidation des vols de véhicules est de 13% et il est de 17% dans le cas des cambriolages (Henry et al., 1978). Au Québec le taux d'élucidation des vols à main armée s'établit autour de 25% (Laplante et al., 1980, p. 75). Aux États-Unis, on peut se faire une meilleure idée du risque réel de l'arrestation en utilisant les sondages de victimisation. Ceux-ci permettent en effet d'estimer le pourcentage des crimes qui sont effectivement rapportés à la police. C'est ainsi que Glaser (1978, p. 85), comparant les résultats des sondages de victimisation et les statistiques policières, fait les constatations suivantes. 50% des crimes inclus dans l'index de l'Uniform crime report (homicide, viol, voies de fait, cambriolage, vols de 50,00 $ et plus, vol d'auto) sont rapportés à la police. Comme elle n'élucide que 20% des crimes, le taux réel d'élucidation est de l'ordre de 10%. En d'autres termes, un crime sur dix risque d'être suivi d'une arrestation. Ce taux net d'élucidation varie naturellement selon le type de délit. Pour le cambriolage, il est de 7%, pour le vol qualifié, de 12%, pour le vol d'auto, de 15%, pour le viol, de 24%, pour

Document info
Document views885
Page views885
Page last viewedThu Dec 08 19:14:39 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments