X hits on this document

798 views

0 shares

0 downloads

0 comments

205 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)205

Les risques cumulatifs

Il est permis de croire que la décision de passer à l'acte lors d'un délit particulier est moins affectée par le taux général d'élucidation dans une juridiction que par les circonstances immédiates qui entourent l'acte. C'est ainsi que Reppetto (1974, p. 105) a montré que les facteurs qui jouent prioritairement dans la décision de ne pas commettre un cambriolage sont les suivants : le nombre de gens sur les lieux, les patrouilles de police, la surveillance par les voisins, la présence des résidents dans la maison, le système d'alarme, les possibilités de fuite. Dans le cas des hold-up, la volonté et la capacité de la victime potentielle de se défendre semble être un facteur important. On évite de s'attaquer aux établissements où on sait qu'il y a un garde ou un propriétaire armé (Carr, 1975, p. 55) ; la présence de chiens de garde en dissuade aussi plusieurs.

Cependant, les risques d'emprisonnement qui sont associés à un délit isolé ne nous donnent qu'une image partielle de la réalité. Il faut pousser plus loin l'analyse et examiner la question des risques cumulatifs. Cette dimension cruciale du problème a été très bien mise en relief par Glaser (1978, p. 86). Celui-ci fait remarquer que la probabilité de succès d'un délinquant qui commet un seul crime est très différente de celle d'un délinquant qui en commettrait un grand nombre, tout simplement parce que les probabilités varient systématiquement avec le nombre de délits. Si on a 95% de chances de succès avec un seul délit, on en a 90% pour deux délits, 77% pour cinq délits, 60% pour 10 délits et 7% pour 50 délits. Le même phénomène peut être décrit différemment. Supposons que le risque d'incarcération d'un délinquant récidiviste soit de 3% pour un délit. Dans ce cas, si cet individu commet deux délits, le risque qu'il court d'aller en prison monte à 6%, puis à 14% s'il en commet cinq, à46% s'il en commet vingt, et à 60% s'il en commet trente. On constate donc qu'un individu a d'excellentes chances d'échapper à la prison s'il se contente de commettre un seul délit, mais ses chances diminuent rapidement au fur et à mesure que ses crimes s'additionnent.

Ainsi, quand on parle de l'estimation des risques chez les délinquants récidivistes, la question importante n'est pas de savoir

Document info
Document views798
Page views798
Page last viewedTue Dec 06 13:06:16 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments