X hits on this document

841 views

0 shares

0 downloads

0 comments

221 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)221

190) ; il s'immunise contre tout sentiment typiquement humain : la crainte, la honte, le remords.

La démoralisation, les difficultés de réinsertion sociale et l'insensibilisation sont des conséquences secondaires de l'exposition prolongée à des mesures destinées à corriger ou à intimider le délinquant chronique. Il est probable que ces séquelles rendront problématique sa réhabilitation. Mais de là à conclure que la réaction sociale cause la récidive, il y a un pas qu'il est difficile de franchir. Nous sommes ici devant deux effets contraires : d'une part la réaction sociale provoque démoralisation, insensibilisation et difficultés de réinsertion sociale, d'autre part elle dissuade. Est-ce que ces deux effets s'annulent l'un l'autre ou est-ce que l'un des deux est plus grand que l'autre ? Nous ne le savons pas avec précision. Je serais porté à croire que, pour le plus grand nombre, l'effet réducteur des peines est beaucoup plus fort que son effet amplificateur alors que, pour une minorité de délinquants, c'est l'inverse.

La logique de l'étiquetage

Il n'est pas rare que la théorie de l'étiquetage soit présentée par ses partisans comme une théorie générale de la récidive. Dans ce cas, il est légitime de confronter ses principales thèses avec l'ensemble des faits connus en criminologie relativement à la récidive. Mais une telle opération se heurte à une difficulté qui découle de la formulation même de la théorie. Car, maintenant encore, celle-ci n'est autre chose qu'un ensemble d'idées, séduisantes peut-être, mais vagues, ambiguës et peu articulées. La notion centrale d'étiquetage n'a jamais été opérationnalisée de façon satisfaisante. Dans ces conditions, il est difficile de lui faire subir l'épreuve de la réalité. L'imprécision du concept rend toujours possible une quelconque échappatoire.

Malgré tout, il est possible de formuler explicitement quelques hypothèses, en poussant à leurs conséquences logiques les idées principales de la théorie.

Les théoriciens de l'étiquetage ont, à propos de la récidive, une thèse qu'on peut énoncer simplement et clairement : la réaction sociale

Document info
Document views841
Page views841
Page last viewedWed Dec 07 19:24:12 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments